Polémiques sur le prix du broutard

François d'Alteroche - Réussir Bovins Viande Décembre 2012

Polémiques sur le prix du broutard
Le bel été est bien terminé et les frimas de l’automne ont fait plonger le thermomètre et le prix des mâles maigres de plus ou moins 400 kilos classiquement orientés sur l’Italie. © F. d'Alteroche

La baisse du prix du maigre a fait naître une polémique entre fédérations d’éleveurs et d’exportateurs.

Pratiquement 3 euros du kilo vif à la fin août, 50 centimes de moins mi-novembre. En quelques semaines, le prix du maigre a dégringolé et mi-novembre avec guère plus de 2,5 €/kilo vif, cette baisse affecte tout particulièrement les Charolais et croisés rustique d’environ 400 kg. Une gamme dont l’habituelle destination est l’Italie.
Certes ces tarifs se situent nettement au-dessus de ceux très déprimés de l’hiver 2011, mais la baisse est d’autant plus durement ressentie par les naisseurs qu’elle vient se conjuguer à la hausse des coûts alimentaires. Au moment même où les animaux reprennent le chemin de l’étable.
Ce recul s’est traduit par une querelle entre fédérations par communiqués de presse interposés. Fin octobre, le berceau des éleveurs de race à viande du Massif central dénonçait « une pression à la baisse démesurée sur le prix du broutard engagée par les directeurs commerciaux des principales structures d’export du Massif central à la demande des Italiens ». Quelques jours plus tard, dans un communiqué commun, la Fédération française des commerçants en bestiaux et Coop de France bétail et viande rétorquaient et critiquaient l’offre française en animaux maigres encore à leurs yeux trop saisonnalisée. Ces abondantes sorties de broutards en fin d’automne sont la conséquence logique d’une trop forte pro- portion des naissances au cours des mois d’hiver avec, mathématiquement, trop d’animaux qui arrivent sur le marché du maigre 8 à 10 mois plus tard. De plus, après une finition de 7 à 8 mois en Italie, une forte proportion de ces animaux nés en hiver se retrouvent sur le marché de la viande à une période de l’année où la température extérieure est peu favorable à des niveaux de consommation très dynamiques.

La crise économique impacte la consommation en Europe du Sud

À cela s’ajoutent d’autres phénomènes. La contraction du pouvoir d’achat et la crise économique impactent les niveaux de consommation en Grèce, en Espagne et dans une moindre mesure en Italie. « Dans le contexte italien où la rentabilité de l’engraissement est impactée comme partout en Europe par la hausse du coût des matières premières, les mises en place de broutards en provenance de France ont baissé de 46 800 têtes sur les neuf premiers mois de l’année, soit une baisse de 6,5 % par rapport à 2011 », argumentent la FFCB et Coop de France. « Dans un contexte de crise économique, où en bout de chaîne les consommateurs italiens, à la recherche de produits moins chers, incitent les distributeurs à acheter des viandes à bas prix en provenance de Pologne ou d’Irlande, il n’est pas surprenant que les engraisseurs italiens soient demandeurs de prix à la baisse, sans compter un contexte législatif qui impose depuis la fin octobre, aux acheteurs, de raccourcir les délais de paiement. »

Mise en garde sur les conséquences de signaux négatifs

Début novembre, la Fédération nationale bovine déplorait cette vision des choses, peu à même d’inciter les éleveurs à maintenir les cheptels à l’identique, surtout, quand dans les régions intermédiaires, le contexte céréalier incite à « végétaliser » les exploitations plus qu’à faire naître du bétail. « Dans une période caractérisée par une rupture économique et sociologique du métier d’éleveur, la FNB met en garde sur les conséquences de signaux négatifs quant aux perspectives de marché et de rentabilité, alors que le renouvellement des générations et la modernisation imposent d’investir pour être présent demain. » p F. A.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires