Poux : La rentrée en stabulation, moment stratégique d'intervention

Aurélien LEGRAND / Dr Didier GUERIN

Lors de la rentrée à l'étable, les poux sont des parasites externes très fréquents. Ils provoquent des démangeaisons nuisant au bien-être des bovins.

C'est effectivement à l'automne que les poux et autres parasites externes font leur apparition. Les températures froides de novembre à mars, responsables de l'épaisseur du pelage des bovins, créent un environnement idéal pour la prolifération des poux. Il est indispensable à l'éleveur de réaliser un examen visuel de ses animaux afin de vérifier la présence de poux, la quantifier et d'identifier le type.

Présence de poux… un examen facile à réaliser

Il existe une procédure relativement simple pour vérifier si vos bovins ont des poux. A l'aide d'un bon éclairage et d'un peigne adapté, séparez les poils de votre animal pour chercher la présence de parasites externes sur sa peau. La poitrine, le contour des yeux, du museau et le long du dos sont les principaux endroits à observer. Pour constater l'ampleur du problème, examinez cinq endroits différents. Si on observe moins de 10 poux au total, l'infestation est considérée comme minimale. Un total de 10 à 50 poux serait une infestation modérée et plus de 50, une infestation importante.

 

Deux variétés de poux : les piqueurs et les broyeurs

Il existe donc deux variétés de poux : les piqueurs (les anoploures) et les broyeurs (mallophages). Les adultes vivent environ deux mois. Les femelles pondent au cours de leur vie 300 oeufs. Les lentes sont fixées à la base des poils. Dix-huit jours sont nécessaires pour obtenir un pou adulte. La proximité et le mélange des animaux favorisent la contagion. La surpopulation, la sous-nutrition et les mauvaises conditions d'hygiène augmentent la multiplication des individus et l'extension de la maladie. Les bovins porteurs des parasites se grattent plus ou moins fortement. Les poux piqueurs mesurent de 2 à 4 mm. Ils se nourrissent de sang et provoquent un prurit intense. En revanche, les poux broyeurs se nourrissent de débris cutanés. Ces derniers sont reconnaissables à leur tête ronde et leur corps strié, ils sont de petite taille (1.5 mm de longueur) et provoquent moins de démangeaisons que les poux piqueurs. La présence de poux provoque des dépilations et des excoriations de la peau. Les plaies de grattage dues aux poux entrainent une dépréciation des cuirs. Il est certain que ces parasites nuisent au bien-être des bovins.

 

L'importance du choix du traitement à réaliser sur les bovins

En cas d'infestation notable, le traitement va concerner l'ensemble des animaux présents dans le même bâtiment. L'application du produit antiparasitaire aura pour effet de tuer tous les poux adultes. Par contre, les oeufs qui se trouvent sur les poils survivent et éclosent de sept à quatorze jours plus tard, infestant à nouveau l'animal. Si le produit utilisé à une grande rémanence et qu'il reste efficace pendant cette période, les nouveaux poux seront également détruits, sinon le traitement sera à renouveler. Le diagnostic du type de poux (piqueurs ou broyeurs) va influer sur le type de traitement à mettre en place. Deux grandes familles sont disponibles : les pyréthrinoïdes, insecticides et les macrolides, antiparasitaires internes et externes. Concernant cette dernière famille, les injectables ne seront actifs que sur les poux piqueurs. Le choix du traitement à utiliser sera à déterminer avec le vétérinaire en charge du suivi de son exploitation puisque ce sont des médicaments vétérinaires soumis à prescription.

La désinsectisation des locaux

L'action contre les poux associera la désinsectisation des locaux et le traitement des animaux à leur rentrée. Certains insectes peuvent être responsables de maladies ou porteurs de germes infectieux (certains parasites externes peuvent transporter jusqu'à 1 million de bactéries). De plus, ces insectes peuvent être facteurs d'énervement et de pertes de production non-négligeables. Les bâtiments d'élevage associant grande densité animale, température et hygrométrie favorables avec abondance de matières organiques réunissent toutes les conditions adéquates au développement des insectes. La lutte doit être raisonnée et préventive pour être efficace. La désinsectisation des bâtiments d'élevage est une manipulation non sans risque car vous utilisez des produits pouvant être nocifs par ingestion, inhalation ou contact. C'est pourquoi vous devez respecter quelques règles de base pour votre sécurité. Porter un équipement de protection individuelle (E.P.I.) de sécurité comprenant 1 masque avec un filtre A2 P3, des lunettes si le masque ne couvre pas les yeux, des gants en nitrile ou en néoprène et une combinaison de protection de catégorie III. Par ailleurs, l'utilisation de produits dangereux implique une consultation préalable de sa fiche de sécurité afin que chacun se sensibilise aux précautions nécessaires lors de chaque manipulation.

D'autres paramètres à ne pas négliger

La nutrition et l'environnement sont également d'autres facteurs à considérer dans votre lutte contre les poux. Les bovins qui sont en excellente forme physique auront une forte réponse de leur système immunitaire. Les animaux propres, bien logés et au sec sont dans un environnement qui minimise les dommages et aide à empêcher les infestations.

GDS Services 23 : une structure agréée, des techniciens qualifiés, des produits certifiés

GDS Services 23, mandatée par le GDSCC dans son objectif de faciliter la réalisation de ses missions sanitaires, vous propose une offre diversifiée en produits certifiés mais aussi en services avec la possibilité de faire effectuer ces interventions par un des sept techniciens qualifiés. L'emploi de matériel et de produits adaptés permettent d'obtenir la meilleure efficacité afin d'obtenir les résultats escomptés. N'hésitez donc pas à nous contacter pour la réalisation d'un devis adapté à votre structure. La réalisation de la désinsectisation au sein des bâtiments agricoles participe à l'optimisation de la maîtrise des risques sanitaires en élevage mais aussi favorise le bien-être des animaux.

Source Groupement de Défense Sanitaire du Cheptel Creusois

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires