Sommet de l’Elevage. Les GDS et leurs filiales vous convient

Dr Didier GUERIN

Sommet de l’Elevage. Les GDS et leurs filiales vous convient

Stand GDS – Farago => Au Sommet de l’Elevage du 03 au 05 octobre, les GDS et leurs filiales de services sont heureux de vous convier sur leur stand (hall 1, allée D, stand 124).

Sommet de l’Elevage. Les GDS et leurs filiales vous convient

Le Sommet de l’Elevage représente un rendez-vous professionnel incontournable pour tous les acteurs de l’élevage. En tant qu’experts sanitaires au service de tous les élevages et professionnels de l’hygiène, les GDS et leurs filiales de services vous convient chaque année sur leur stand. Sont présentés ici les principaux axes et animations autour desquels les échanges pourront s’enrichir avec vos interlocuteurs.

Les garanties sanitaires : un investissement des GDS pour une sécurité des échanges, une facilitation du commerce, une valorisation et une harmonisation améliorées

Tout animal peut être porteur de maladies et les transmettre au reste du troupeau, notamment aux futurs reproducteurs. Un suivi de cheptel régulier s’avère donc un outil incontournable de gestion sanitaire. Les animaux porteurs de maladies sont à éliminer rapidement et des garanties sanitaires peuvent être attribuées (qualifications brucellose, tuberculose, leucose ; appellations IBR ; garantie de cheptel paratuberculose, SDRP ; mention « non-IPI »). Ces certifications permettent de sécuriser les transactions, de prévenir des catastrophes sanitaires, de faciliter les échanges, de bénéficier d’opportunités commerciales (cf. marchés avec garanties IBR) avec la valorisation liée... Les GDS sont engagés, sous l’autorité de l’Etat, dans le cadre des délégations de missions de service public pour les « maladies réglementées » et sous leur propre responsabilité pour les certifications et les apports de garantie volontaires.

Les plans de lutte et de prévention : une mobilisation des GDS pour favoriser le passage « du curatif individuel au préventif collectif »

L’approche collective du troupeau devient de plus en plus nécessaire en raison de l’évolution des élevages et de leur environnement. Cela implique une indispensable (r)évolution de la relation éleveur/vétérinaire. Forts de leur expérience d’approche collective inter-cheptel, les GDS s’investissent aux côtés des vétérinaires pour favoriser le passage « du curatif individuel au préventif collectif ».  En relation avec le vétérinaire en charge du suivi de l’élevage, cette maîtrise des risques sanitaires intègre :

  • La gestion de l’urgence avec l’alerte, l’information sur les 1ères mesures à mettre en place…
  • L’appui technique avec l’audit d’élevage, l’interprétation des résultats d’analyses, l’accompagnement et le suivi dans les plans d’assainissement et de prévention…
  • Le soutien financier (aides aux visites, aux analyses, à l’élimination, à la désinfection…).
  • La collecte des DASRI (déchets de soins à risques infectieux) et des MNU (médicaments vétérinaires non-utilisés).

Le mutualisme : une orientation historique des GDS développée et renforcée

Le mutualisme représente une des bases historiques de l’action des GDS. Il s’est développé et renforcé suivant les besoins et évolutions des élevages, de leur environnement, de la réglementation avec des actions à différents niveaux :

  • Départemental avec les caisses « coup dur », les aides aux analyses et visites…
  • National et régional avec la Caisse de Solidarité Santé Animale (CSSA), fonds mis en place lors de l’épisode fièvre catarrhale et son adaptation régionale (CRSSA).
  • Européen et national avec le Fonds de Mutualisation Sanitaire mis en place dans le cadre de l’article 71 du bilan de santé de la PAC avec une intervention, par exemple, lors de blocages liés à la tuberculose.

L’information et la formation des éleveurs : une forte action des GDS pour une technique perfectionnée, des pratiques d’élevage adaptées, des pathologies diminuées, une rentabilité de son élevage améliorée

L’évolution constante des données en matière sanitaire exige une nécessaire mise à niveau des connaissances, d’où un effort important d’information et de formation réalisé par les GDS avec les objectifs suivants : améliorer sa technicité et ses pratiques d’élevage, diminuer les pathologies et améliorer la rentabilité de son élevage. Cette action se développe à travers les courriers, articles, lettres informatiques, réunions d’information, formations. Base du socle « formations », le programme national « L’éleveur infirmier de son élevage » se déroule sur deux journées (examen de l’animal malade ; le médicament vétérinaire et le carnet sanitaire) en collaboration avec les vétérinaires. De l’espèce bovine, cette formation s’est étendue aux caprins, ovins et sera bientôt disponible pour les porcins. Différents modules viennent compléter : parasitologie, boiteries et parage, santé des veaux (diarrhée néonatale, maladies respiratoires…), alimentation et pathologie (en élevage bovin laitier et allaitant, ovin et caprin), santé de la mamelle (en élevage bovin laitier et caprin)… 

Sommet de l’Elevage. Les GDS et leurs filiales vous convient

Les services : pour une meilleure réalisation des missions sanitaires des GDS

Au cours des années, les GDS ont développé des services avec pour mission première de faciliter la réalisation des missions sanitaires des GDS. Ces activités de services, renforcées et élargies au cours des années, regroupées au sein de filiales dans certains départements, présentent pour objectifs d’améliorer la prévention sanitaire en élevage et le bien-être des animaux et de faciliter les interventions sanitaires. Ces professionnels de l’hygiène à votre service interviennent dans les domaines de la lutte contre les nuisibles (dératisation, désinsectisation, désinfection, détaupisation), les soins aux animaux (parage, taille d’onglons, écornage, rainurage, marquage), les fournitures aux élevages (produits d’hygiène, petit matériel d’élevage, contention, tubulaire, clôture électrique…)…

Une coopération renforcée pour « un troupeau sain, sûr et rentable » avec une reconnaissance par l’Etat des GDS comme unique « Organisme à Vocation sanitaire animal »

Les GDS poursuivent leur investissement pour être toujours reconnus, par l’ensemble des partenaires et dans l’intérêt des éleveurs, comme le référent sanitaire collectif en santé animale. Dans le cadre du périmètre réglementaire, le décret en conseil d’Etat relatif aux organismes à vocation sanitaire (OVS) reconnaît les GDS régionaux comme unique OVS pour le domaine animal. Pour les autres périmètres, l’approche collective se développe en relation avec les vétérinaires. Cette coopération historique s’amplifie et se renforce avec comme orientation principale pour l’éleveur : « un troupeau sain, sûr et rentable ».

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires