Stéphane Le Foll n'exclut pas la contractualisation dans la filière viande

Stéphane Le Foll n'exclut pas la contractualisation dans la filière viande

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll n'exclut pas d'étendre la contractualisation des relations commerciales à la filière viande, comme celle qui existe entre industriels et producteurs dans le secteur laitier, dans une interview au Monde daté de samedi.

Le ministre a demandé un bilan sur l'état d'avancement de la contractualisation dans le lait, qui lui sera remis le 13 juillet.  "En fonction de ce bilan, on pourra ou non envisager d'étendre cette contractualisation à d'autres secteurs, comme la viande", a déclaré le ministre au quotidien.

L'objectif est de permettre "des organisations plus collectives", notamment "pour réguler les marchés agricoles soumis à de fortes volatilités des prix", a-t-il estimé.  La loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche (LMAP) de juillet 2010 promue par Bruno Le Maire, son prédécesseur, a rendu obligatoire la passation de contrats écrits entre producteurs et acheteurs, dans le lait et les fruits et légumes.

Création de "groupements économiques et environnementaux »

Concernant la nouvelle loi-cadre pour l'agriculture, annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault mardi lors de son discours de politique générale, M. Le Foll a précisé qu'elle prévoyait la création de "groupements économiques et environnementaux" afin de permettre "les changements de modèles de production" qu'il appelle de ses voeux.

Une mission "sur le sujet sera mise en place dès fin juillet", a-t-il poursuivi.  La loi-cadre sera élaborée au deuxième semestre 2013 et sera une mise en application de la réforme de la Politique agricole commune, prévue pour entrer en vigueur en 2014.

Le ministre a dit par ailleurs souhaiter "le maintien du moratoire sur les OGM existants" tout en appelant à "changer la législation européenne" sur le sujet. Il se dit par ailleurs "favorable à la prolongation des quotas pour les betteraviers jusqu'en 2020" et "pour que l'on revienne sur la décision de supprimer les droits de plantation dans le domaine viticole", des positions qu'il avait déjà défendues.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

Totor le Taureau

La contractualisation se modifiera pas les regles de formation des prix à moyen terme. Regardez DOUX, c'est bien le principe des contrats.....
Soit on est capable d'être compétitif par rapport aux autres pays, soit on remet un peu de préférence nationale. Il n'y a pas d'autres choix. Même les aides ne sont plus un gage de sécurité pour les filières.

YANNICK44

La contractualisation ç est la mort lente avec une agonie certaine de nos exploitations car cela implique qu'il n y aurras plus de concurrences
nous seront obligés de produir sans pouvoir discuter du prix de vente de nos denrées comme ce qui commence a nous arrivée en production LAITIERE
JE PENSAIS QUE LA LOI
DE MODERNISATION INTERDISAIT QUICONQUE DE VENDRE A PERTE!!
et oui une fois de plus
les agriculteurs servent de variable d'ajustement
MERCI A TOUT NOS POLITICIENS DE DROITE OU DE GAUCHE POUR CES GENS Là LE PLUS IMPORTANT C'EST D'AVOIR LE POUVOIR ET LA PAIE
en espérant ce faire entendre merci

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires