Technique d'élevage : Un outil de diagnostic et conseil contention

Sophie Bourgeois

Au service des techniciens de la région Pays de la Loire, un logiciel permet d'aider à mieux intégrer la problématique « contention » dans les projets bâtiments.

A l'origine des accidents, il s'agit souvent d'un équipement de contention ou d'embarquement mal adapté aux interventions pratiquées », analyse Alain Denieulle, président du GIE Élevage des Pays de la Loire. Gage aussi d'efficacité, la qualité des installations de contention a encore des progrès à faire !
Un groupe de spécialistes de la contention de la région Pays de la Loire, dans le cadre du GIE élevage de la région en partenariat avec la MSA et les inséminateurs, a développé un outil dans cet objectif. Sous la forme « papier » d'un classeur ou informatique d'un CD rom avec fichier Excel automatisé et documents d'illustration, cet outil est à la fois un référentiel technique et une méthode de diagnostic et de conseils.
Pour chacune des catégories d'animaux — vaches allaitantes, bovins à l'engraissement mâles et femelles, génisses de renouvellement, veaux allaitants de moins de trois mois — un niveau d'adéquation entre les équipements de contention et les différentes interventions qui y sont pratiquées, sont fournis. Un code couleur, allant du « à recommander » au « déconseillé ou pas adapté », en passant par « favorable », et « peu favorable mais envisageable » correspond à ce niveau d'adéquation.

L'évaluation des équipements et techniques de contention est très technique. D'où l'intérêt de la mise à disposition d'informations validées par des experts. (F. d'Alteroche)

L'évaluation des équipements et techniques de contention est très technique. D'où l'intérêt de la mise à disposition d'informations validées par des experts. (F. d'Alteroche)

800 situations évaluées

Par exemple, effectuer le rebouclage d'une vache dans un boxe de vêlage avec barrière de contention et porte ou cornadis est correct. Si dans le boxe la vache est seulement bloquée contre une paroi, il y aura cependant un problème d'accès à l'oreille. Il est déconseillé de le faire dans un quai d'embarquement, à cause du risque de bousculade et car la tête n'est pas bloquée. Ou encore, faire un traitement pour on à une vache au cornadis est fortement déconseillé, en raison du risque important pour l'intervenant de coups de pieds et de bousculade.
Chaque situation est commentée en quelques mots, ce qui permet d'ouvrir la discussion sur les avantages et les inconvénients de toutes les situations que l'on peut rencontrer. « Près de 800 situations sont évaluées et annotées », explique Arnaud Bruel de la chambre d'agriculture de la Sarthe, animateur bâtiment du GIE Élevage des Pays de la Loire. « L'évaluation de l'équipement et des pratiques de contention est très technique, il ne faut pas la sous-estimer. D'où l'intérêt de la mise à disposition de ces informations à un maximum de conseillers intervenant en élevage. » Ces grilles disposent de plusieurs niveaux de lecture. Premièrement, si l'éleveur projette d'investir dans tel ou tel équipement, elles permettent de vérifier ce qu'il va lui apporter. Quelle palette d'intervention permet-il de couvrir ? Deuxièmement, toutes les interventions pour lesquelles l'éleveur n'est pas encore équipé y seront-elles possibles ? L'éleveur a une intervention donnée à faire, dispose t-il d'un équipement qui lui permet de la réaliser dans de bonnes conditions de sécurité ?

Pour prendre la température d'un petit veau en toute sécurité le référentiel de la région Pays de la Loire conseille d'utiliser une cage à veaux mobile, ou une porte de contention. (S. Bourgeois)

Pour prendre la température d'un petit veau en toute sécurité le référentiel de la région Pays de la Loire conseille d'utiliser une cage à veaux mobile, ou une porte de contention. (S. Bourgeois)

 

Les situations à risque

Cet outil constitue en même temps une méthode pour guider un technicien bâtiment ou élevage qui apporte un conseil sur la contention. « D'abord un état des lieux est réalisé. Il s'agit de reprendre chaque intervention, pratiquée sur un animal ou un lot, que l'on met en correspondance avec un ou plusieurs équipements existants dans l'exploitation. Cette démarche permet de repérer les situations à risque et les manques. Enfin des améliorations pour chacune des situations à risque sont proposées en se basant sur le référentiel. » L'outil comporte d'autre part, des illustrations sous forme de photos et des exemples de plans qui constituent un support de réflexion et de discussion pour l'éleveur.
Pas question pour autant de faire le diagnostic et le conseil depuis le bureau.
« Au-delà de ces informations, un certain nombre de paramètres complémentaires seront à évaluer de visu au cours du tour de ferme. Il faudra notamment vérifier l'état du matériel, en comprendre le fonctionnement (notamment des jeux de barrières), se faire une idée du niveau de l'équipement et analyser les risques éventuels encourus par l'intervenant », précise Arnaud Bruel.
Les compétences de chacun retrouvent ici toute leur importance pour analyser la conception des différents équipements. Les appréciations du référentiel sont celles du groupe d'experts de la région. Elles peuvent être sujets sur quelques points à appréciation divergente.

 

Source Réussir Bovins Viande Mai 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires