Traçabilité de la vaccination : Les contradictions du ministère

Bernard Griffoul

Comment faire pour enregistrer les animaux vaccinés ? La réponse est loin d'être limpide.
Le ministère de l'Agriculture (DGAL) a rappelé dans une récente note que la traçabilité «
s'appuie d'une part sur le passeport des bovins, et d'autre part sur le registre d'élevage
».Dès qu'un animal vacciné quitte l'élevage, le passeport doit obligatoirement être
tamponné, daté et signé par le vétérinaire pour chaque injection. C'est sur la foi de ces
informations que la DDSV peut faire la certification officielle. « On ne comprend pas
comment au siècle de l'informatique, il faut ressortir le papier, le crayon, la gomme et le
tampon, alors qu'on a un outil qui s'appelle Sigal et qu'on peut tout tracer à l'intérieur »,
s'étonne Daniel Parizot (GDS du Cher). Sigal est un système d'information géré par la
DGAL qui assure la traçabilité sanitaire du cheptel bovin. Cette base de données permet
d'éditer pour chaque élevage des DAP (documents d'accompagnement des prélèvements)
mis à disposition des vétérinaires lors des prophylaxies. Bref, l'outil indiqué pour assurer la
traçabilité de la vaccination FCO. Sauf que la DGAL s'y refuse, objectant qu'à « moyens
constants », elle ne peut ni développer les applications informatiques nécessaires ni «
envisager la saisie de ces données ».

Beaucoup de GDS ont envoyé des DAP aux vétérinaires pour leur éviter d'établir manuellement une liste des animaux vaccinés. (B. Griffoul)

Beaucoup de GDS ont envoyé des DAP aux vétérinaires pour leur éviter d'établir manuellement une liste des animaux vaccinés. (B. Griffoul)

Faire le forcing

Beaucoup de GDS ont néanmoins édité et remis aux vétérinaires les DAP pour leur faire
gagner du temps. Ils peuvent ainsi se contenter de cocher sur la liste les animaux vaccinés
et n'ont pas besoin de remplir et signer systématiquement tous les passeports. Plusieurs
GDS et DDSV (Cher, Allier, Aveyron…) ont décidé d'aller plus loin et font le forcing auprès
des gestionnaires de Sigal pour, qu'une fois ces listes établies, les animaux vaccinés
puissent être enregistrés par lot dans la base de données. Ils demandent aussi que soient
développés les outils informatiques permettant de valoriser ces informations. Le refus de la
DGAL est d'autant plus paradoxal qu'une note technique du 9 avril explique comment aller
saisir ces informations dans Sigal. « Pour nous, il était hors de question de ne pas utiliser
cet outil qui est d'une simplicité absolue. Nous sommes déterminés à aller jusqu'au bout.
Tout s'est fait dans la précipitation alors qu'il faudrait prendre un petit peu de temps pour
réfléchir à tout cela. Il faut être pragmatique et trouver des solutions qui ne coûtent pas cher
en saisie », considère Daniel Parizot. Le coût de la vaccination en dépend.

Source Réussir Bovins Viande Juin 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires