Utilisation de la paille en élevage : Forte consommation pour les litières de bovins

Francçois d'Alteroche

D'après les estimations du ministère de l'Agriculture, ce sont les élevages bovins qui sont les plus gros utilisateurs de paille.

Ceci s'explique par le mode de logement de ces animaux, mais également par les choix retenus pour la modernisation du parc des bâtiments, ces dernières années. « 87 % des bovins sont logés sur de la litière paillée, soit presque autant que pour les ovins et les caprins, contre seulement 7 % des porcins », indique le ministère de l'Agriculture. De plus, « le besoin moyen en paille par bovin s'est accru d'environ 165 kg. Ce phénomène est en lien avec le fort développement des aires paillées intégrales, impulsé par les plans de modernisation des bâtiments d'élevage. Entre 2001 et 2008, la part des bâtiments en aire paillée intégrale, mode de stabulation le plus gourmand en paille (avec des recommandations habituelles de 8 à 10 kilos de paille/jour/couple mère-veau) est passée de 38 % du nombre total des bâtiments à 55 %. »

La solution logette + caillebotis ou couloir raclé donne satisfaction dans certains élevages, mais ne représente qu'une infime partie des bâtiments construits ces dernières années. (F. d'Alteroche)

La solution logette + caillebotis ou couloir raclé donne satisfaction dans certains élevages, mais ne représente qu'une infime partie des bâtiments construits ces dernières années. (F. d'Alteroche)

La litière paillée accumulée coûte cher

Avec les tarifs en cours, avoir opté pour cette option litière paillée accumulée devient malheureusement un vrai gouffre financier quand on achète la quasi-totalité de ses besoins à l'extérieur. Cette remarque était vraie ces dernières années. Elle le sera encore plus pour l'hivernage à venir quand la priorité sera, par force, donnée à la paille alimentaire plus qu'à la paille de litière. Pour Jacques Capdeville, du service bâtiments de l'Institut de l'élevage, cette évolution était prévisible. Il a pourtant à maintes reprises dénoncé ces dernières années, le recours beaucoup trop systématique à l'aire paillée intégrale alors que des solutions alternatives existent. « A l'occasion du PMPOA, certains ont tellement insisté pour faire passer le message qu'avec une aire paillée et une litière accumulée, il n'y n'avait pas besoin de fumière, que cette solution est maintenant devenue une quasi-généralité en système allaitant. Pour minimiser leur investissement, les éleveurs ont majoritairement eu recours à ce type de bâtiment, presque à l'exclusion de tout autre (logettes…). Cela fait pourtant des années que je dis attention, danger… car cela va générer des difficultés sur le marché de la paille. J'ai bien peur que 2011 soit l'illustration de ce que je redoute depuis longtemps. » Compte tenu de la dimension des stabulations récemment construites, leur réaménagement avec des solutions beaucoup plus économes en paille (par exemple logettes + couloir raclé) est techniquement envisageable, mais après les lourds investissements qu'ils ont consenti ces dernières années pour le poste bâtiment, la plupart des éleveurs ne sont pas prêts à repartir dans de nouvelles dépenses pour les réaménager. Surtout dans le contexte très tendu de cette fin de printemps 2011 !

 

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Bovins Viande de juin 2011. (RBV n°183, p. 16 à 26)

Source Réussir Bovins Viande Juin 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires