Vaccination fièvre catarrhale des broutards : Fièvre catarrhale et clause de sauvegarde italienne. Les modalités de vaccination des broutards

Dr Didier GUERIN

Cette information présente les modalités d'organisation de la vaccination contre le sérotype 8 de la fièvre catarrhale relative aux seuls bovins destinés aux échanges avec l'Italie.

Les autorités italiennes ont décidé d'une clause de sauvegarde interdisant l'entrée sur leur territoire d'animaux non-vaccinés issus de zones réglementées pour la fièvre catarrhale à partir du 4 mars 2008, date de reprise de l'activité vectorielle en Italie.

Des broutards acceptés en Italie 90 jours ou 67 jours après la 1ère injection du vaccin selon les contraintes actuelles

Afin de permettre une reprise des échanges au plus vite, et sans remettre en cause les réflexions conduites sur la mise en oeuvre de la vaccination à l'échelle nationale, un lot de vaccin Merial a été mobilisé. Ce lot est dédié à la vaccination des seuls animaux destinés aux échanges avec l'Italie. Ce vaccin nécessite deux injections à un mois d'intervalle pour les bovins. Chaque injection doit être de 1 ml par voie sous-cutanée. Le vaccin est commercialisé en flacon de 100 ml (soit 100 doses vaccinales). De plus pour être acceptés en Italie, les animaux doivent (selon les conditions définies à ce jour) :
Avoir été vaccinés depuis plus de 60 jours (90 jours après la 1ère injection).
Ou avoir été vaccinés et soumis à un dépistage virologique 14 jours après le début de la protection immunitaire tel que défini par les spécifications du fabriquant du vaccin (délai défini à 23 jours pour les bovins pour le vaccin Merial). Le dépistage virologique peut donc intervenir 67 jours après la 1ère injection.

Une demande à effectuer par chaque éleveur concerné

La fourniture anticipée de doses vaccinales se trouve en quantité limitée. La répartition des doses par département se fait en fonction des informations fournies par la DDSV de chaque département à la DGAl. Elles sont de deux types :
D'une part, les prévisions globales. Ainsi, pour la Creuse, il a été estimé que 16.000 broutards seraient à vacciner en mars (broutards à partir sur les 3 prochains mois) puis 4.000 par mois. Le besoin de doses correspondant est double puisque la primovaccination nécessite deux injections à 30 jours d'intervalle.
D'autre part, un ajustement en fonction des demandes émanant des élevages. Donc, chaque éleveur, susceptible de commercialiser des broutards vers l'Italie dans les trois mois, doit le faire savoir auprès du GDSCC qui centralise les demandes pour la DDSV et les vétérinaires.

Le déroulement pratique avec une mise en route dès le mercredi 12 mars

A partir des remontées de chaque éleveur, la DDSV prévoit la livraison des doses nécessaires à chaque vétérinaire par leur fournisseur de médicaments habituel. Pour initier le processus, une 1ère livraison (1 flacon de 100 doses pour chaque vétérinaire) est prévue pour ce mercredi 12 mars. Les compléments seront effectués en fonction des demandes des éleveurs centralisées au GDSCC et fournies à la DDSV. Compte tenu du nombre d'animaux à vacciner pouvant être faible par élevage, un même flacon doit pouvoir permettre de vacciner plusieurs troupeaux. En conséquence, cela nécessitera une organisation des interventions des vétérinaires d'où la nécessité supplémentaire d'une remontée très rapide des demandes des éleveurs auprès du GDSCC.

Le suivi de la vaccination

En l'absence de mise en place de système informatique de suivi en raison de l'urgence de la situation, le dispositif retenu, pour cette année, s'appuie d'une part sur le passeport du bovin vacciné, et d'autre part sur le registre d'élevage. Le verso du passeport de l'animal concerné sera tamponné, daté et signé par le vétérinaire au moment de la réalisation de la vaccination lors de chaque injection. Sera portée sur le registre d'élevage la liste des bovins vaccinés, identifiés par leur numéro d'identification complet, ainsi que la date de vaccination et le nom du vaccin utilisé. Ces mentions seront visées par le vétérinaire ayant réalisé la vaccination. Chaque vétérinaire fera remonter à la DDSV, pour chaque élevage et chaque date de vaccination, le nombre de vaccinés, le vaccin utilisé avec la répartition 1ère ou 2ème injection de la primovaccination.

L'environnement financier

La vaccination doit être réalisée par un vétérinaire qui produira les éléments de certification nécessaires (voir ci-dessus). Les tarifs pratiqués s'inscrivent dans un cadre libéral et ne peuvent faire l'objet d'une fixation conventionnelle dans les départements. Le coût du vaccin est pris en charge à hauteur de 100% par l'Europe et l'Etat Français, et l'acte vaccinal à hauteur de 50% plafonné à 2,00 € par broutard soit 1,00 € par injection. Cette prise en charge de la partie acte vaccinal sera directement octroyée par l'Etat à chaque vétérinaire concerné en fonction des remontées d'information qu'il aura effectuées pour chaque élevage. Afin de limiter le coût des virologies qui pourraient être nécessaires pour réduire les délais de commercialisation, une demande d'aide ponctuelle a été effectuée auprès du Conseil Général.

Les réunions cantonales d'information du GDSCC sur fin mars et début avril

Le GDSCC reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Comme indiqué à l'automne et afin de faire un point plus complet sur la fièvre catarrhale, les réunions cantonales d'information du GDSCC vont se dérouler entre le 18 mars et le 08 avril avec une large part réservée aux échanges. Outre le GDSCC, seront présents vos vétérinaires et la DDSV. Un autre sujet d'importance sera également à l'ordre du jour, l'évolution de la réglementation sur le médicament vétérinaire. Enfin, ces réunions seront électives pour les délégués cantonaux. En fonction de tous ces éléments, je vous attends donc nombreux pour que nos réunions soient riches, prospectives et constructives. Pour plus d'information, n'hésitez pas à consulter le GDSCC ou votre vétérinaire.

Source Groupement de Défense sanitaire du cheptel creusois

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires