Viande bovine : les prix mondiaux flambent

Sophie Caron

Viande bovine : les prix mondiaux flambent
Aux Etats-Unis, les prix ont ainsi progressé de 25% en dollars de janvier 2014 à avril 2015 (DR)

La pénurie de viande sur le marché mondial, alors que la demande progresse toujours, fait grimper les prix de la viande sur le marché international. La hausse a été spectaculaire en 2014 dans les pays exportateurs comme les Etats-Unis, l’Australie et au Brésil. Peu positionnée à l’export, l’Union européenne reste à l’écart de ce mouvement.

Les journées mondiales de la viande, organisées par l’Institut de l’Élevage, ont été l’occasion de brosser un panorama économique du marché de la viande au niveau international. Le constat est clair : la pénurie de viande bovine sur le marché mondial booste l’évolution des prix à la production.  Aux Etats-Unis, les prix ont ainsi progressé de 25% en dollars de janvier 2014 à avril 2015,  et de plus de 50% en euros, du fait de l’évolution des taux de change.

prix à la production bovins

Même si la locomotive chinoise se tasse un peu en matière de consommation, la demande reste forte. De ce fait, les volumes échangés sur le marché mondial ne cessent de voler de records en records depuis 2012. Selon les estimations de l’Institut de l’élevage, les exportations des 10 principaux fournisseurs de viande ont ainsi progressé de près de 10% en 2014. Le commerce de la viande bovine dépasserait  14% de la production mondiale. Du jamais vu !

Face à cette demande toujours soutenue, la production peine à suivre. Marquée par une faible rentabilité et un retour sur  investissement long, la filière bovine peine à décoller au contraire de la filière volaille dont la production a  augmenté de 50% en 15 ans (20% pour la production bovine).

En 2015, la production va rester faible

Le rebond de la production brésilienne, initié depuis 2012, a ainsi été stoppé net l’an passé. Aux USA, la production a même chuté de 6%. « Les Etats-Unis sont en phase de recapitalisation de leur cheptel, après plusieurs années de sécheresse et de couts alimentaires élevées » explique Caroline Monniot de l’Institut de l’élevage. L’amélioration des conditions fourragères et la baisse du prix de l’alimentation en 2014 ont en effet encouragé les producteurs américains à reconstituer leur troupeau, d’où une baisse des abattages.

En 2015, la production mondiale ne devrait encore progresser que marginalement. Les hausses attendues en Amérique du Sud et en Inde seront à peine suffisantes pour compenser les baisses prévues en chine, aux USA, en Australie ou dans l’union européenne.

prix viande export

Cette situation de pénurie ne semble pourtant pas profiter aux producteurs européens et encore moins aux français. Peu présents sur le marché européen, les producteurs ont en effet été touchés  par l’embargo russe et par une baisse de la demande interne alors que la production était  plutôt en augmentation. La baisse des prix et la dévalorisation de l’euro face au dollar ont toutefois permis de dynamiser les exportations européennes de viande vers l’Asie et de vif vers le bilan.

Pour la France, certains clignotants sont toutefois au vert : les éleveurs français sont en effet très compétitifs face aux prix de nos principaux concurrents et la fin des contraintes ESB va permettre l’ouverture de nouveaux marchés, notamment asiatiques.

Source Institut de l'Elevage

Sur le même sujet

Commentaires 12

domdom

commençons déjà par bloquer tous ces gros abattoirs comme Bigard pendant 1 à 2 semaines sans que rien ne puisse y entrer et en sortir et nous verrons bien...
L'année s'y prête, la météo nous à permis de bien prendre de l'avance dans les travaux alors mobilisons nous et ne lâchons rien!...

dob

la misère chez les éleveurs ?
J'en doute de plus en plus vu les patrimoines foncier qui sont en train d'être accumulés, les belles machines qui tournent avec, et les belles vaches dans de beaux bâtiments.
La réalité n'est pas la même pour tout le monde.
La misère de revenu, mais pas la misère de capital !

CLOCHE215

le prix flambe, les oubliés c'est le producteur!!

jeffarmer

on oublie de dire que les normes de production sanitaire environnementales ne sont pas les memes partout....

@degou

tu as oublié de remercier la droite et le syndicat qui cogere le ministere

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires