Vigilance à l'introduction : Introduction de bovins au printemps. Ne pas confondre vitesse et précipitation

Christophe LE MAUX / Dr Didier GUERIN

Vigilance à l'introduction : Introduction de bovins au printemps. Ne pas confondre vitesse et précipitation

L'introduction de bovins au printemps se réalise parfois dans l'urgence. Ne pas confondre vitesse et précipitation s'avère primordial sous peine de déboires sanitaires parfois dramatiques comme nous l'avons observé dans certains cas.

Chaque campagne, l'utilisation du billet de garantie conventionnelle (BGC) diminue d'avril à août, période à hauts risques en matière d'infection par le virus BVD, car nombre de vaches se trouvent en début de gestation. Or, la moitié des cas graves de maladie des muqueuses ou BVD observés en Creuse provient d'un non-respect des mesures sanitaires de base lors d'introductions de bovins à cette période.

Les mesures sanitaires en matière d'introduction : isolement et contrôle adapté

Le bovin introduit est isolé pendant 15 jours minimum, jusqu'à obtention des résultats d'analyses. L'isolement signifie que ce bovin ne peut être en contact avec les autres bovins de l'exploitation. Cet élément se révèle essentiel pour limiter la contamination du cheptel par de nouvelles pathologies (maladies spécifiques mais aussi germes variés de diarrhées ou de grippes). L'isolement représente la seule méthode de prévention de contamination du troupeau par les infectés transitoires en matière de BVD. Le contrôle à l'introduction est réalisé dans les 10 jours qui suivent l'introduction. Après relevé de l'identification du bovin et des conditions de l'isolement, le vétérinaire sanitaire de l'élevage prescrit les contrôles à réaliser en concertation avec l'éleveur et effectue les prélèvements et interventions nécessaires.

Le bien-fondé de la maîtrise des points à risques pour la prévention de la BVD

En matière de BVD, toute introduction d'animal porteur de virus, lorsque le troupeau est en début de gestation, sera catastrophique. Or, c'est à cette époque que l'on introduit les nouveaux taureaux ou les veaux sous la mère, pour remplacer un veau mort. Il est primordial de contrôler ces animaux. La virologie devra être négative (voir avec son vétérinaire le cas particulier des gestantes). Afin que chacun puisse mettre en place une prévention adéquate, le GDSCC a programmé, depuis le début de la campagne 2002.2003, un plan de maîtrise des points à risques avec une intervention à deux niveaux : le renforcement des mesures individuelles pour un diagnostic rapide (dont fait partie le dépistage BVD systématique à l'introduction) et la mise en place d'un plan d'assainissement accompagné. Suite aux résultats transmis par le LDA, nous repérons les élevages confrontés à cette maladie et proposons, en relation avec le vétérinaire chargé du suivi de l'élevage, un accompagnement technique et financier (aides aux analyses et mutuelle sanitaire). Ces dispositions ont permis une décrue du nombre de cheptels identifiés avec de la clinique BVD, malgré une progression sensible sur 2007-2008 du nombre d'élevages identifiés avec des bovins positifs en virologie BVD.

La maîtrise des points à risques pour la prévention de la BVD

La politique de prévention mise en place au niveau de la région basée sur la maîtrise des points à risques est constituée des éléments suivants :
Dans les élevages avec peu d'introductions ou d'autres facteurs de risques de contamination (mélanges d'animaux, participation à des rassemblements…) :
• Contrôle systématique des animaux introduits avec isolement pendant 15 jours.
• Protection spécifique des génisses pour la 1ère mise à la reproduction.
• Protection ciblée pendant la 1ère moitié de gestation des vaches par rapport au contact avec le voisinage.
Dans les élevages avec de nombreux facteurs de contamination, vaccination annuelle de toutes les gestantes
L'adaptation à son élevage sera déterminée de façon spécifique, avec son vétérinaire, après évaluation des facteurs de risques dans son cheptel.

Le statut du cheptel d'origine

Pour certaines entités, le contrôle individuel est insuffisant voir inopérant. Il demande donc à être complété par des informations sur le cheptel d'origine, c'est le cas pour l'IBR mais surtout pour la paratuberculose. Pour faciliter l'obtention des ces informations, un site est à votre disposition (www.gdscc.fr) pour pouvoir consulter l'ensemble des cheptels creusois bénéficiant d'une appellation IBR et ceux apportant une garantie conforme au référentiel national en matière de paratuberculose bovine. Ces listes sont mises à jour chaque semaine et sont également disponibles au GDSCC.

L'IBR : une obligation de contrôle

Au cours de la campagne 2007-2008, dans le schéma de généralisation nationale de la prophylaxie de l'IBR, la situation favorable de la Creuse s'est confirmée. 3.275 cheptels sont dépistés négatifs, soit 91% et 3.181 cheptels soit 89% sont sous appellation, ce qui représente une augmentation de 1,5 points par rapport à l'année précédente. Ce bon niveau nous permet de commencer à bénéficier d'allègement. En effet, au cours de l'année 2008, nous avons autorisé 106 dérogations de contrôle à l'introduction pour 2.874 bovins issus de cheptels sous appellation « indemne en IBR », dans deux situations : les taureaux en copropriété et les transferts à l'identique de la totalité d'un cheptel.

Le Billet de Garantie Conventionnelle (BGC)

Depuis 2001 (mise en place des aides, l'utilisation du BGC progresse avec un impact sanitaire constaté (baisse de contaminations de cheptels lors d'introduction). Néanmoins, la marge de progression reste conséquente (voir schéma). Pour la majorité de nos élevages qui introduisent peu de bovins, l'utilisation du BGC s'avère d'un intérêt primordial. Le BGC est un document par lequel le vendeur et l'acheteur s'entendent sur l'annulation possible de la vente en cas de résultat positifs vis à vis des maladies non-concernées par la rédhibition (maladie des muqueuses et / ou paratuberculose). Ce document est signé au moment de la transaction par les deux parties. L'imprimé est à votre disposition chez votre vétérinaire, au GDSCC et dans les GDA. Au verso de ce BGC, vous trouvez les différentes étapes, précautions, obligations et aides en Creuse relatives au contrôle à l'introduction. Il est utile de les consulter régulièrement. Parallèlement, dans le cadre de la fièvre catarrhale, l'indication de la vaccination est portée sur le passeport qui sera donc consulté pour vérifier l'adéquation par rapport à la réglementation en complément de l'ASDA lors de l'introduction.

 

La poursuite des aides

Dans le cadre d'introduction avec utilisation du BGC (seules les introductions avec BGC bénéficient d'une aide financière), le GDSCC prend en charge pour ses adhérents, avec la participation du Conseil Général, le dépistage systématique virologique BVD et 50% des frais des autres analyses. Sont prises en compte toutes les analyses demandées dans le cadre de la prescription du vétérinaire hormis les analyses a priori inutiles (sérologie leucose ; analyses paratuberculose sur les bovins de moins de 18 mois...).

La gestion des introductions : une mesure sanitaire essentielle

Une gestion adéquate des introductions dans un cheptel représente une des mesures de base indispensables pour la gestion sanitaire de son troupeau. Pour la majorité de nos élevages qui introduisent peu de bovins, l'utilisation du BGC est salutaire. Dans l'adaptation aux nouveaux besoins et la prévention de nouveaux risques engendrées par l'évolution de nos élevages (nombres d'animaux, ressources humaines disponibles…), le dépistage s'oriente aujourd'hui au delà des maladies réglementées historiques (tuberculose, brucellose) vers des contaminations par de nouvelles pathologies (maladies spécifiques mais aussi germes variés de diarrhées ou de grippes). Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à contacter votre vétérinaire sanitaire ou le GDSCC.

Source Groupement de Défense Sanitaire du Cheptel Creusois

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires