A Toulouse : Les éleveurs réclament une prime de 27 euros par brebis

SC

Entre 500 et 600 éleveurs de moutons de Midi-Pyrénées se sont rassemblés lundi à Toulouse pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur la crise de leur filière.

Réunis à l'appel de la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) et de la Fédération régionale ovine (FRO), les éleveurs ovins ont parqué 65 moutons des Pyrénées dans un enclos face à la mairie de Toulouse.

Le président national de la Fédération nationale ovine (FNO), Serge Préveraud, a rappelé les revendications de son syndicat portant notamment sur une prime de 27 euros par brebis : « Les agneaux de Nouvelle-Zélande font 20.000 km pour arriver dans les assiettes des Français alors que les élevages français entretiennent les paysages et créent des emplois », a-t-il expliqué.

« Les zones de moyenne montagne vont devenir des friches, notre produit n'est pas assez valorisé par rapport aux charges », explique Alain Nouvel, président de la FRO de Midi-Pyrénées. Il rappelle que la région Midi-Pyrénées, pourtant première région de production ovine de France, perd chaque année 40.000 brebis et 400 éleveurs.

Départ ferme, «le mouton est payé cinq euros le kilo carcasse tandis que les grandes surfaces le vendent à 17 ou 18 euros», s'insurge Dominique Cammas, président de la section «Ovins viande» de la Fdsea de l'Aveyron.

En début d'après-midi, les manifestants devaient se rendre en cortège jusqu'à la cité administrative, où ils remettront une pétition à la direction régionale de l'Agriculture.


Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires