Alpes du Sud : La justice suspend les tirs de prélèvement de loups

Alpes du Sud : La justice suspend les tirs de prélèvement de loups

Le juge des référés du tribunal administratif de Marseille a suspendu deux arrêtés pris par les préfets des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence qui avaient autorisé des tirs de prélèvement de loups.

Dans les deux cas, le juge a estimé qu'il y avait « un doute sérieux » quant à la légalité des arrêtés préfectoraux.

Concernant celui pris par le préfet des Hautes-Alpes le 31 août 2010 le juge a estimé qu'il devait être suspendu «jusqu'à ce qu'il soit statué au fond sur la légalité de cette décision». Selon lui, l'arrêté a été édicté «sans que des mesures de protection des troupeaux suffisantes aient été prises».

Dans le cas des Alpes-de-Haute-Provence, le juge a souligné que l'arrêté avait été pris «sans que des tirs de défense aient été préalablement autorisés», comme le prévoient pourtant les dispositions administratives en la matière. Cet arrêté avait été pris suite à la visite dans ce département du président de la République. Il avait annoncé aux éleveurs avoir demandé au préfet de prendre, sous huit jours, un arrêté préfectoral permettant d'engager un tir de prélèvement du loup pour les zones où les attaques relèvent d'une «intensité exceptionnelle».

La cohabitation entre loups et bergers est houleuse depuis le retour en France en 1992 du « canis lupus », qui avait été éradiqué dans les années 1930. Les bergers dénoncent notamment une recrudescence des attaques de leurs troupeaux par les loups.

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) recense 220 loups sur l'ensemble du territoire, essentiellement sur l'arc alpin, mais aussi dans le Massif central et les Pyrénées. Cette espèce protégée progresse de 15 à 20% par an et étend sa zone de présence vers la moyenne montagne.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires