Bien-être animal : Les 10 principes de sécurité pour l'éleveur

Serge Ourliac, Bergerie nationale de Rambouillet

. Évaluation de sa « bulle de sécurité »

Première approche : identifier les « verticaux » (ensemble des éléments susceptibles
d'entrer
en contact avec une quelconque partie du corps de l'homme ou de l'animal.)
Deuxième approche : identifier les possibilités de fuite autrement dit la capacité à choisir son
déplacement.

. Le concept de « protection-évitement »

En contention rapprochée le train porteur de l'homme (l'ensemble jambes-cuisses) est
vulnérable, il faut le protéger. La position du buste en « fente » donc en évitement peut s'avérer
judicieuse dans certaines manipulations. (l'insémination par exemple). La formule ! « genoux
pliés genoux sauvés, genoux tendus genoux foutus ! »

. Respect des fondamentaux du comportement animalier (éthologie)

Le temps de pause, l'instinct grégaire, l'utilisation des sens une priorité pour l'animalier. La
situation du troupeau éclaté ou constitué, etc.

. Anticipation du protocole opératoire

De l'importance d'anticiper les gestes et attitudes qui seront nécessaires à l'exécution de la
tâche en y intégrant la variabilité naturelle de l'animal.

Un geste technique s'apprend et renforce la sécurité de l'éleveur. (DR)

Un geste technique s'apprend et renforce la sécurité de l'éleveur. (DR)

 

. Échauffement

Il est question ici d'un échauffement articulaire et non d'une préparation musculaire trop longue.

. Verticalisation du rachis

Il faut respecter les courbures naturelles du dos (résistance à 2000 kg de pression !)

. Qualité des appuis

Diagonalisés pour la mobilité ou lignés pour la force. De leur qualité découlera également une
bonne gestion de l'équilibre. Qualité du sol.

. Respect du fonctionnement des vecteurs du mouvement

Les bras et les jambes sont faits pour assumer le mouvement, le dos pour le supporter.

. Superposition des centres de gravités

Cela minimise les porte-à-faux des reins.

. Enrichissement du schème gestuel

Nous avons à notre disposition quatre moteurs : nos bras, nos jambes, le poids de notre
corps
et le poids de l'animal. Lorsque le geste technique utilise ces quatre moteurs, nous sommes
au
maximum du rendement du corps humain. C'est un gage d'économie dans l'effort.
A ces principes viennent aussi s'ajouter des petits détails qui sont de grands serviteurs
comme savoir se munir d'un couteau, de ficelle, d'une corde, d'un bâton, et de gants sans
oublier la qualité du vêtement, première des protections : cote de travail et bottes de
sécurité.




Source Réussir Pâtre-Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires