Bilan de santé de la PAC : La prime à la brebis améliore le revenu des éleveurs ovins laitiers

D'après le dossier Economie de l'élevage spécial PAC, mars 2009

Dans les élevages ovins laitiers, c'est la nouvelle prime à la brebis qui aura le plus fort impact. En moyenne, l'Institut de l'élevage estime le montant attendu à 5 900 euros pour 292 brebis par exploitation, pour un revenu qui se situe autour de 15 000 euros/UTA/an. « Bien qu'une très large majorité des élevages soit localisée en zone de montagne ou de haute montagne, la revalorisation de l'ICHN aura un impact très limité : autour de 620 euros par exploitation en moyenne. »

Un grand nombre d'éleveurs ovins laitiers sont des utilisateurs de surfaces pastorales. (DR)

Un grand nombre d'éleveurs ovins laitiers sont des utilisateurs de surfaces pastorales. (DR)

Progression des aides de 34 %

Au final, selon les données Rica, le montant des aides perçues, après déduction des prélèvements et de la modulation, devrait progresser de 34 %, soit 7500 euros par exploitation. Un grand nombre d'éleveurs ovins laitiers sont des utilisateurs de surfaces pastorales et souvent, le seuil de chargement est inférieur à 0,5 UGB/ha. Ces producteurs ne pourront donc pas bénéficier du DPU « herbe ». « Pour ces élevages, dont le nombre est estimé au minimum à 500, le simple effet seuil entraine un manque à gagner qui pourra être important. » A l'opposé, dans les exploitations mixtes des Pyrénées-Atlantiques ce sont des chargements souvent élevés, un nombre réduit de brebis présentes et des surfaces disponibles modestes qui limiteront l'impact des mesures annoncées.

Source Réussir Pâtre Mai 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires