Contrôle laitier : Moins de chèvres, plus de lait

Michel Douguet, Institut de l'élevage

En six ans, les effectifs contrôlés sont en baisse malgré des performances laitières en hausse. Une évolution contrastée selon les départements et les races.

En 2008, le contrôle laitier dénombre 1 798 élevages caprins, en diminution de 10 % par rapport à 2002. Sur la même période, les effectifs de chèvres contrôlées baissent de 6 % (285 193 lactations contrôlées en 2008). L'accroissement de la taille des élevages continue : le nombre moyen de chèvres contrôlées par élevage progresse de 4 % (159 chèvres par élevage en 2008).
Concernant les performances au contrôle laitier (voir tableau), on observe un accroissement de la production laitière (+ 47 kg soit une progression de 6 % entre 2002 et 2008) et des taux (+ 1,7 g/kg en taux butyreux et + 0,9 g/kg en taux protéique). Sur la même période, on constate un allongement de la durée de lactation moyenne (+ 7 jours).

Augmentation des taux

Pour les départements qui comptent des effectifs caprins importants, la baisse du nombre de lactations contrôlées est très marquée en Deux-Sèvres et en Indre-et-Loire (baisses respectives de 18 573 et de 5675 lactations). A l'inverse, ce nombre progresse fortement en Aveyron, en Maine-et-Loire et dans le Morbihan (hausses respectives de 8565, 4 387 et 2526 lactations).
En race Alpine, le nombre de lactations prises en compte dans les résultats progresse légèrement (+ 2 % depuis 2002) et s'élève à 136 826 lactations pour l'année 2008. A contrario, le nombre de lactations en race Saanen baisse sensiblement sur la même période (- 7 %) et s'établit à 103 589 lactations en 2008. L'évolution des performances au contrôle laitier est très similaire pour ces deux races.
Sur la période considérée, le fait le plus marquant est l'augmentation sensible des taux, et plus particulièrement du TB. Cette augmentation est essentiellement due à une amélioration des effets de milieu (alimentation, conduite d'élevage…). La prise en compte du TB dans l'Index de synthèse caprin (ICC), à partir de 1999, est visible vers les années 2005-2006, avec une augmentation plus importante du niveau génétique pour ce caractère à partir de cette période.

Résultats complets sur www.la-chevre.fr et www.inst-elevage.asso.fr

Source Réussir La Chèvre Juillet-Août 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires