Fromages de chèvres : Un étiquetage réglementé

Voici les règles de l'étiquette d'un fromage de chèvre.

Une étiquette doit obligatoirement comporter :

- La dénomination « fromage de chèvre » ou (« fromage au lait de mélange ») complétée de « fermier » lorsque le fromage est fabriqué par un producteur ne traitant que les laits de sa propre exploitation sur le lieu même de celle-ci.
- La mention du traitement du lait avant sa mise en oeuvre (au lait cru, thermisé, microfiltré ou pasteurisé).
- L'indication de la teneur minimale en matière grasse pour 100 grammes de produit après complète dessiccation sauf pour les fromages fermiers qui peuvent indiquer « au lait entier ».
- La date limite d'utilisation optimale et les conditions de conservation.
- Le numéro de lot mais la date limite peut faire office de numéro de lot.
- Le nom ou raison sociale et l'adresse du fabricant, de l'affineur ou d'un vendeur.
- Le lieu d'origine ou de provenance chaque fois que cette mention est de nature à créer confusion (vu au cas par cas)
- La marque de salubrité (estampille ovale) ou le numéro de dispense d'agrément. Les producteurs en remise directe au consommateur final n'ont aucun numéro à faire figurer.
- La totalité des ingrédients mis en oeuvre classés par ordre d'importance pondérale. Cette mention est facultative si le fromage ne contient que du lait, du sel, des ferments lactiques et de la présure.
- La mention de l'allergène « oeuf » dans le cas d'une utilisation de chlorhydrate de lysozyme.

Elle peut également mentionner :

- Une représentation graphique ou une photo
- Une marque commerciale
- Une mention sur la provenance du produit (« fabriqué en… »)
- Une présentation de la structure de fabrication
- Des mentions se rapportant au procédé de fabrication fromage de montagne dans le cadre de l'article L.644.1 à L.644.4 du code rural.

Les ventes à des détaillants ne peuvent se faire avec des fromages ne comportant aucune mention d'étiquetage. (DR)

Les ventes à des détaillants ne peuvent se faire avec des fromages ne comportant aucune mention d'étiquetage. (DR)

Ces mentions ne doivent présenter aucun risque de confusion comme le précise l'article R.112.7 du code de la consommation : « l'étiquetage et les modalités selon lesquelles il est réalisé ne doivent pas être de nature à créer une confusion dans l'esprit de l'acheteur ou du consommateur, notamment sur les caractéristiques de la denrée alimentaire et notamment sur la nature, l'identité, les qualités, la composition, la quantité, la durabilité, l'origine ou la provenance, le mode de fabrication ou d'obtention».

L'étiquetage n'est pas obligatoire pour les fromages fermiers vendus directement au consommateur final par les producteurs agricoles ne traitant que les laits de leur propre exploitation sur le lieu même de celle-ci. Toutefois, pour les ventes directes et sur marché, afin que l'information du consommateur soit réalisée, un papier d'emballage avec le nom et l'adresse du producteur permet au consommateur d'avoir des informations en cas d'éventuel problème…
De même, lors d'une vente à une collectivité, seules la dénomination de vente et la mention du lot sont obligatoires, les autres mentions devant figurer sur des fiches techniques ou sur les documents accompagnant les marchandises. Pour les ventes à un affineur, comme un produit intermédiaire, il est dispensé d'étiquetage mais le bon de livraison et/ou la facture doivent comporter la désignation « fromage en blanc » ou « fromage destiné à l'affinage », le type de produit, la composition et la traçabilité.
Les ventes à des détaillants ne peuvent se faire avec des fromages ne comportant aucune mention d'étiquetage ; l'étiquetage est de la responsabilité de celui qui fait la première mise sur le marché.

Source : DDSV et DDGCCRF 64

Source Réussir La Chèvre Mai-Juin 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires