Gestion des exploitations : conomiser l'énergie améliore le revenu

Laurence Geffroy

Améliorer ses revenus en réduisant sa consommation d'énergie, une opportunité offerte par le plan de performance énergétique des exploitations lancé en 2009.

La dépendance des agriculteurs aux énergies directes (fioul, électricité…) va coûter de plus en plus cher, d'après l'Institut de l'élevage, qui a organisé un colloque avec l'Ademe(1) sur les performances énergétiques des exploitations d'élevages herbivores. Au coût de ces énergies fossiles, il faut rajouter le coût des énergies indirectes (alimentation, intrants…) qui représentent à l'heure actuelle 57 % des consommations d'énergie des ateliers ovins viande.
Le Grenelle de l'environnement organisé en 2007 a mis l'accent sur le besoin de réduire ces dépenses. Un plan quinquennal de performance énergétique des exploitations (PPE) a été lancé en février 2009 par le ministère de l'Agriculture avec l'objectif de convertir 100 000 fermes (30 %) à une faible dépendance énergétique d'ici 2013. 35 millions d'euros ont été mis dans ce plan pour l'année 2009 afin de réaliser des diagnostics et subventionner des projets de production d'énergies renouvelables (méthanisation, photovoltaïque…) ainsi que des incitations aux économies d'énergie (éclairage, consommation du tracteur, isolation de bâtiments existants…).

A l'horizon 2010, l'énergie indirecte pèse pour 57 % dans les coûts de production d'un atelier viande. (S. Leitenberger)

A l'horizon 2010, l'énergie indirecte pèse pour 57 % dans les coûts de production d'un atelier viande. (S. Leitenberger)

L'enjeu est de taille : réduire sa consommation d'énergie peut permettre d'améliorer ses revenus. « La compétitivité des entreprises agricoles dépendra de leur dépendance en énergie, explique Matthieu Orphelin de l'Ademe, plus les éleveurs s'y adapteront tard, plus le réveil sera difficile. » Cent seize élevages ovins viande ont été enquêtés par les réseaux d'élevage en 2007, ainsi que trente élevage ovins lait. Il en ressort que la part de l'énergie dans les coûts de production va croissant. Sur les 57 % de consommation d'énergie indirecte, il faut noter le poids prépondérant de l'alimentation : 37 %, qui correspondent à l'énergie pour produire et acheminer les concentrés achetés et produire les aliments concentrés fermiers. La fertilisation pèse pour sa part 20 % et les produits pétroliers représentent 35 %, avec cependant une grande variabilité. « Des marges de progrès importantes sont donc possibles pour les élevages, en améliorant l'autonomie fourragère notamment », indique Emmanuel Béguin, de l'Institut de l'élevage.

Des études prouvent qu'une utilisation modérée des concentrés, une bonne valorisation des fourrages et la production de concentrés céréaliers ou protéagineux sur l'exploitation peut conduire à une baisse de 50 à 80 % de la consommation d'énergie de ce poste. « Les exploitations les plus performantes énergétiquement sont aussi celles qui sont les plus efficaces économiquement. Et dans 85 % des cas, c'est la consommation d'énergie indirecte qui fait la différence », constate Emmanuel Béguin.
Le ministère de l'Agriculture en lien avec celui de l'Environnement propose des actions à court terme pour améliorer l'efficacité énergétique des engins agricoles. Par exemple, les diagnostics sur tracteurs permettent après réglage une économie de 1 à 1,5 litre de fioul par heure. Il est également possible de faire des économies au niveau de l'isolation des bâtiments d'élevage et de la gestion de la fertilisation azotée. A plus long terme, les perspectives de développement des énergies renouvelables en agriculture sont importantes. Les projets de production d'électricité par panneaux solaires photovoltaïques se sont développés dans les exploitations agricoles qui disposent souvent d'importantes surfaces de toiture bien orientées. Bien que l'annonce en décembre dernier d'une révision à la baisse du tarif de rachat vient ternir le tableau.

 

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Pâtre de février 2010. (R. Pâtre n°571, p. 16 à 27)

(1) Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.

Source Réussir Pâtre Janvier 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires