Herbe : La prairie, ça s'entretient

Damien Hardy

La gestion du pâturage et des fauches constituent des pratiques à ne pas négliger pour garder des prairies productives longtemps. Revue des techniques prairiales.

« L'entretien de la prairie consiste à favoriser les bonnes espèces » décrit Bruno Osson du
Gnis, l'interprofession semencière. Pour cela, il faut savoir reconnaître et identifier les
différentes espèces qui forment la prairie. Ensuite, on cherchera à identifier les espèces
dominantes, leurs intérêts pour le pâturage ou la fauche et les raisons qui ont conduit à cette
dominance. « Ces diagnostics prairiaux nécessitent un savoir-faire mais sont hautement
rentables car ils permettent d'obtenir des prairies plus productives et une herbe de qualité »
explique Bruno Osson.

Bruno Osson, du Gnis, forme les éleveurs aux diagnostics prairiaux qui permettent d'avoir des prairies plus productives et une herbe de qualité plus longtemps. (DR)

Bruno Osson, du Gnis, forme les éleveurs aux diagnostics prairiaux qui permettent d'avoir des prairies plus productives et une herbe de qualité plus longtemps. (DR)

Faucher les refus allonge le pâturage

« Pour entretenir correctement sa prairie, il faut surtout bien la pâturer », décrit Eric Pottier
de l'Institut de l'élevage. Ainsi, on cherchera à mettre à l'herbe aussi précocement que
possible (autour de 3 cm de hauteur) pour maîtriser la pousse explosive de printemps et
limiter l'implantation de vivaces. Après plusieurs passages d'animaux, vers la fin mai,
faucher les refus permettra le développement de la flore précoce qui va épier tôt et ainsi
rallonger la période d'exploitation de l'herbe. La fauche des refus limite aussi la montée à
graines de plantes à faible valeur alimentaire et des adventices. « Il faut préférer la fauche
au broyage » recommande Bruno Osson car le végétal broyé a tendance à pourrir et crée
une odeur nauséabonde qui répugne aux animaux et amplifie le processus de refus. Si les
volumes de refus sont importants, ils peuvent être fanés, pressés et même pâturés puisque
l'odeur de la plante a changé et est mieux acceptée. Les parcelles destinées à la fauche
gagnent aussi à connaître rapidement le passage des animaux. Ce déprimage précoce
favorise le tallage et la production de feuilles plus grandes qui peuvent dominer.

Le rumex est une vraie plaie des prairies : ses graines  germent toute l'année et restent viables après ingestion par les animaux. (DR)

Le rumex est une vraie plaie des prairies : ses graines germent toute l'année et restent viables après ingestion par les animaux. (DR)

 

La pratique du hersage remise en question

Les prairies peuvent être hersées deux fois par an : une fois en mars-avril, au réveil de la
végétation pour arracher les pâturins et une autre fois en plein été pour réduire les plantes à
stolon. Cependant, la pratique du hersage est remise en question. Un programme d'étude
mené de 1999 à 2006 par l'Institut de l'élevage n'a montré qu'un faible intérêt du hersage : le
travail du sol étant trop superficiel pour relancer efficacement l'activité biologique et la
minéralisation de la matière organique. « Le coût en temps passé et en carburant ne justifie
plus guère la pratique du hersage » conclut Eric Pottier.
Si nécessaire, le hersage peut être accompagné d'un sursemis d'espèce rapide
d'installation comme les ray-grass ou les trèfles. Le sursemis permet de combler les vides
et évite le salissement des parcelles.
La lutte contre les vivaces reste le principal souci de la gestion des prairies permanentes.
Et parmi les vivaces, les rumex semblent les plus coriaces. Chaque plante produit 40 000
graines qui résistent à l'ingestion, peuvent germer toute l'année et vivent jusqu'à 80 ans.
Pour limiter la production et la propagation de ces graines, il faut faucher avant le
développement des inflorescences, détruire les foyers à rumex et éventuellement intervenir
chimiquement. L'arrachage manuel est aussi possible. On peut maintenir la pression des
pissenlits en pâturant tôt, en évitant le sur-pâturage et en limitant la fumure organique.



www.prairies-gnis.org

Source Réussir Pâtre Août-Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires