Installation : Les brebis laitières bienvenues en Ariège

Damien Hardy

Deux associations ont édité un guide S'installer en ovin ou caprin lait en pays d'Ariège. Selon elles, les conditions sont réunies pour que les brebis laitières reconquièrent les pentes pyrénéennes.

« Les élevages ovins et caprins laitiers sont bien adaptés au territoire et offrent de belles opportunités dans la montagne ariégeoise » affirme André Bazerque, éleveur de bovins, fromager en Ariège et président de l'association des fromagers fermiers et artisanaux des Pyrénées (Affap). Pour donner envie de devenir éleveur dans son département, son association a édité un guide S'installer en ovin ou caprin lait en pays d'Ariège en partenariat avec l'Adear, une association ariégeoise pour le développement de l'emploi agricole et rural. « La plupart du lait de petits ruminants transformé en Ariège vient d'autres départements, ce qui nous a incité à lancer une réflexion sur l'installation d'éleveurs » explique André Bazerque.
Dans ce département de montagne, au coeur des Pyrénées, la tradition fromagère est très ancienne. En Haute-Ariège, la production concernait surtout le fromage de brebis fabriqué en estive et destiné à l'autoconsommation. Plus à l'ouest, dans la vallée de Saint-Girons, le « fromage de montagne », mixte laits de vache et de brebis, était fabriqué en estive et vendu dans les foires. Plus tard, au début du vingtième siècle, les fruitières puis les ateliers privés de transformation se sont surtout attachés à transformer le lait de vache.

La déprise agricole en zone de montagne incite collectivités territoriales et organismes agricoles à accompagner les installations de petits ruminants. (D. Hardy)

La déprise agricole en zone de montagne incite collectivités territoriales et organismes agricoles à accompagner les installations de petits ruminants. (D. Hardy)

La filière manque de lait

Aujourd'hui, sur le territoire des Pays d'Ariège, l'élevage ovin lait a quasiment disparu et seulement cinq exploitations comptabilisent environ 700 brebis. « Pourtant, il existe des débouchés pour les fermiers en transformation fromagère » affirme André Bazerque citant pêle-mêle la restauration collective de proximité, les refuges de montagne ou les cinq nouvelles Amap créées cette année dans le département. La proximité de Toulouse et l'obtention prochaine de l'IGP tomme des Pyrénées laissent aussi entrevoir des potentialités de commercialisation pour les fromages.

En ovin lait, sans transformation en fromage, des opportunités se dessinent car le Couserans (petite région autour de Saint-Girons) abrite une longue tradition de transformation fromagère et d'affinage avec une dizaine d'ateliers industriels ou artisanaux. Certaines de ces industries sont aujourd'hui intéressées par l'achat de lait à l'image du Moulin Gourmand qui est prêt à collecter du lait produit à l'herbe. Pour les Fromageries Occitanes détenues majoritairement par la coopérative 3A, le principal transformateur de la région, la problématique est différente puisque l'usine de Saint-Lizier permet surtout de transformer le lait collecté en Aveyron et Tarn-et-Garonne. La collecte locale de lait de brebis pourrait cependant s'envisager pour des producteurs de lait désaisonnés. « La future IGP tomme des Pyrénées va créer une demande des trois types de laits produits localement », anticipe Christian Laborde, éleveur de vaches en Ariège et vice-président de 3A. « Pour la collecte du lait en Ariège, notre seul incertitude concerne l'outil industriel car nous venons récemment de perdre un gros marché et notre usine de Saint-Lizier vieillit. Si nous devons investir, nous devons le faire en concertation avec les autres fromagers de la région car je ne suis pas sûr qu'il y ait de la place pour plusieurs sites de production » s'interroge-t-il.

Entretenir la montagne

« Les exemples concrets présentés dans l'ouvrage montrent que l'élevage ovin lait est viable », explique Anne-Sophie Tronc de l'Adear qui a rédigé le guide et qui va maintenant promouvoir l'élevage ovin et caprin lait auprès des structures d'enseignements de la région. Le lycée agricole de l'Ariège à Pamiers serait d'ores et déjà intéressé par la mise en place d'une option « petits ruminants lait » dès la rentrée 2009.
Les organismes professionnels agricoles - la chambre d'agriculture et le contrôle laitier - sont prêts à accompagner les porteurs de projets. « Le principal facteur limitant à l'installation est l'accès au foncier », explique Vincent Ruellan, chef du service élevage à la chambre d'agriculture de l'Ariège. « Beaucoup de terres vont à l'agrandissement des voisins plutôt qu'à la reprise de l'exploitation », regrette-t-il. « Pour lutter contre cette tendance naturelle, nous allons rencontrer les agriculteurs proches de la retraite et sans repreneurs identifiés pour les sensibiliser à la possibilité de céder la ferme à un porteur de projet », explique-t-il, en précisant que cette action vise autant à installer des élevages de petits ruminants laitiers que maintenir l'élevage de vaches laitières.

« Pour les élevages ovins viandes en place, une conversion vers le lait est envisageable mais à réfléchir avec attention car le niveau technique, l'investissement financier et le travail demandé n'est pas le même » conclut Vincent Ruellan.
Face à la diminution du nombre de paysans et à la déprise agricole en zone de montagne, les collectivités territoriales voient d'un bon oeil l'installation de nouveaux élevages. Surtout s'ils participent à l'entretien du paysage en évitant l'enfrichement des pentes. La création prochaine d'un Parc naturel régional Ariège Pyrénées est également prometteuse pour le dynamisme des filières laitières de petits ruminants.

En 70 pages, le guide présente les filières ovines et caprines, des références techniques et économiques concrètes ainsi que la marche à suivre pour s'installer.

En 70 pages, le guide présente les filières ovines et caprines, des références techniques et économiques concrètes ainsi que la marche à suivre pour s'installer.

 

En savoir plus

. Adear (Foix) : tél. 05 61 05 23 68
. Affap (Foix) : tél. 05 61 02 14 19
chevres-brebis.com

Source Réussir Pâtre Mars 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires