La PAC pour la filière caprine : L'aide de 15 à 20 euros par tête sera plafonnée à 400 chèvres

Damien Hardy

De 2010 à 2013, les éleveurs caprins percevront une aide directe à la chèvre d'un montant total pour la filière de 10 millions d'euros par an.

Après des négociations entre les différentes filières, Bruno Le Maire, le ministre de l'Alimentation, l'Agriculture et la Pêche, a détaillé les modalités du bilan de santé de la PAC. Concernant les 135 millions d'euros d'aide aux petits ruminants, 10 millions sont destinés au secteur caprin.

Pas pour les laiteries

Le montant de la prime caprine sera défini chaque année en fonction du nombre de demandes d'aide (nombre de chèvres déclarées). Il devrait osciller entre 15 et 20 € par tête. L'aide sera plafonnée à 400 chèvres par exploitation. Un bonus par chèvre d'environ 3 € sera attribué lorsque l'éleveur est adhérent au Code mutuel de bonnes pratiques en élevage caprin ou a été formé au Guide des bonnes pratiques d'hygiène (GBPH). Les attestations seront à fournir en cas de contrôle. Le montant de l'aide accordé à l'exploitation tient compte de la transparence des GAEC. Cette aide sera effective à partir de 2010 et jusqu'à 2013. Elle s'adresse à tous les élevages de plus de 25 chèvres qui respectent les règles relatives à l'identification. Pour bénéficier de cette aide qui vise à renforcer l'efficacité technique et économique de la production, les éleveurs devront déposer une demande d'aide en janvier 2010. Seules les femelles correctement identifiées qui ont mis bas au moins une fois ou qui sont âgées d'un an ou plus seront prises en compte.

Chaque chèvre identifiée fera gagner à son propriétaire de 15 à 20 euros par an. (D. Hardy)

Chaque chèvre identifiée fera gagner à son propriétaire de 15 à 20 euros par an. (D. Hardy)

 

La Fédération nationale des éleveurs de chèvre (Fnec) qui a oeuvré pour obtenir cette aide se félicite de ce coup de pouce aux éleveurs. L'aide devrait compenser la hausse des charges d'exploitation ainsi que la chute du prix des chevreaux. La Fnec met aussi en garde les laiteries qui pourraient être tentées de baisser le prix du lait.
Même si toutes ces modalités d'attribution doivent encore être validé par l'Europe, le détail de la prime à l'herbe a aussi été arrêté. Elle varie selon le chargement et la surface concernée de 20 à 80 euros par hectares. Pour s'y retrouver dans le bilan de santé de la PAC, les chambres d'agriculture ont développé un « calculateur bilan de santé », qui simule en quelques clics, l'évolution des aides de l'exploitation entre 2009 et 2010. Cet outil est téléchargeable sur www.apca.chambagri.fr.

Source Réussir La Chèvre Septembre-Octobre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires