Le marché des produits laitiers, carnés et avicoles en 2008 : Ovins : la production baisse en Océanie et en Europe

Office de l'Elevage

Monde : légère progression du cheptel

Au niveau mondial, le cheptel ovin a connu une légère progression en 2008 (+ 0,6 %), après celle déjà enregistrée en 2007. Ceci a permis une augmentation de la production mondiale de 1,6 %. En revanche, la production ovine a connu des reculs marqués chez les principaux opérateurs sur le marché mondial, notamment en Nouvelle-Zélande et en Australie.

En Océanie, la production d'agneaux a de nouveau diminué, en raison de facteurs climatiques et économiques. La sécheresse qui a frappé cette zone en 2007 a en effet entraîné de nombreuses décapitalisations, et encouragé des reconversions dans des productions actuellement mieux valorisées, telles que la production laitières ou céréalière.

Les exportations de viande ovine sur le marché mondial en provenance de ces deux pays ont toutefois connu une légère progression (+ 1,7 %), souvent grâce aux exportations de viande de mouton adulte, et sans doute en lien avec un recul de la consommation intérieure.

Europe :consommation en baisse de 3,9%

En Union européenne, le cheptel ovin a diminué ces dernières années, processus accéléré par le découplage des aides communautaires de la production, notamment dans les pays anglo-saxons. Bien que cette décapitalisation se soit ralentie en 2007, la production européenne en subit les conséquences et a nettement diminué en 2008 ( 4,8 %).

Ces baisses de production en Océnaie et en Europe , en créant une certaine faiblesse de l'offre sur le marché mondial, ont entraîné une hausse des prix de la viande ovine en Océanie et en Europe, les deux prix étant étroitement corrélés.

La consommation européenne de viande ovine a diminué en 2008 de 3,9 %, le taux d'auto-approvisionnement de l'Europe en viande ovine a, dans le même temps, légèrement reculé, pour s'établir à 80,6 %.

France : forte décapitalisation du cheptel reproducteur

En France, le cheptel ovin a connu un nouveau recul, perdant 2,5 %, mais l'année 2008 a été marquée par une forte décapitalisation du cheptel reproducteur, annonçant une diminution marquée du cheptel ovin début 2009. En revanche, les abattages d'agneaux ont subi les conséquences des décapitalisations antérieures, perdant 6,2 % en 2008. De plus, la hausse des coûts des matières premières s'est traduite par un allègement des carcasses d'agneaux et d'ovins de réforme, la production française diminuant finalement de près de 7 % en poids.

La consommation française de viande ovine, au-delà des difficultés habituelles, a été particulièrement pénalisée par le contexte économique, et a diminué de près de 6 %.

En 2009, la production française devrait connaitre une nouvelle diminution, en raison des décapitalisations observées en 2008. Le même phénomène, à plus ou moins grande ampleur, affectera la plupart des pays européens. Les reculs de production en Europe et en Océanie maintiendront vraisemblablement les cours mondiaux à un niveau élevé. Ces prix élevés risquent toutefois de freiner à nouveau la consommation de viande ovine, dans un contexte économique difficile.

Pièces jointes

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires