Le salariat pour alléger le travail

Laurence Geffroy - Réussir Pâtre Octobre 2013

Le salariat  pour alléger le travail
Pour alléger le travail, la main-d’œuvre, à défaut d’être familiale ou de voisinage, peut devenir salariée. © L. Mouquet

Le temps de travail et la pénibilité des tâches font de plus en plus partie des préoccupations majeures des éleveurs. Le salariat est l’une des solutions pour sortir la tête du guidon.

Pour en savoir plus

Le salariat  pour alléger le travail
© L. Mouquet

Voir dossier de Réussir Pâtre d'octobre, R. Pâtre n°607 p.20 à 27.

p. 22 - « Avec 215 ha et 900 brebis, hors de question d’y arriver seul »

 Christophe Madet  à Deux-Chaises, dans l’Allier.

p. 23 -  « Gérer un salarié demande de l’expérience »
Bernadette Vignaud, chambre d’agriculture de l’Allier

p. 24 - Les formes collectives d’organisation du travail
Cuma, cercle d’échanges, groupement d’employeurs...

p. 26 Un salarié partagé pour faire face aux pointes de travail
Constituer un groupement d’employeurs dans l’Aveyron

p. 27 « Pour que ça marche, il faut un engagement fort de chaque adhérent »

René Debons, responsable emploi FDSEA Aveyron

Les jeunes agriculteurs aspirent à vivre comme les autres et souvent, lors d’une transmission, cela implique de revoir la distribution des tâches au sein de la ferme. Avant, le modèle de l’agriculture française reposait sur le couple et la famille. Parents et enfants prêtaient main forte au chef d’exploitation. Cette main-d’œuvre ayant de nos jours tendance à se raréfier — mais sans disparaître pour autant — les éleveurs rebondissent. Ils inventent de nouvelles formes d’organisation du travail.

Il existe des solutions alternatives comme les groupements d’employeurs

L’entente et l’entraide ont toujours existé dans le monde agricole. Preuve en est avec la création, dès 1962, des groupements agricoles d’exploitation en commun (Gaec) dans la Loi d’orientation agricole. Une « exception » française qui compte de plus en plus d’adeptes, surtout chez les hors-cadre familiaux. Ce concept de coopération se retrouve également dans les Cuma, coopératives d’utilisation du matériel agricole, qui ont connu un fort développement après-guerre. Aujourd’hui, elles emploient de plus en plus de salariés, ne se limitant plus à une mise en commun de machines.
Pour alléger le travail, la main-d’œuvre, à défaut d’être familiale ou de voisinage, peut devenir salariée. Si l’éleveur ovin n’a pas toujours les moyens d’embaucher une personne à temps plein, il existe des solutions alternatives, comme les groupements d’employeurs qui permettent d’avantage de souplesse. Dans ce domaine, le département de l’Aveyron montre l’exemple, surtout pour les ateliers ovins lait, soumis à l’astreinte de la traite deux fois par jour.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires