Matériau naturel : L'habitat valorise la laine sous toutes ses formes

Julien Diependaele

Matériau naturel : L'habitat valorise la laine sous toutes ses formes

Trop méconnues, parfois récentes, les utilisations de la laine dans l'habitat nous surprennent. Isolation, tentures, décoration sont possibles par des propriétés anti-feu mais il faut aussi traiter contre les mites.

Fruit de trois journées organisées par l'Ecocentre du Périgord en relation avec l'Atelier, des
données nouvelles sur les vertus de la laine et de son bon usage dans l'habitat montrent
que cette fibre redevient concurrentielle par ses multiples atouts.
Architecte, Claude Michmacher s'est informé auprès de 25 pays européens sur la
réglementation appliquée pour l'usage de ce tissu dans l'habitat. Aucune réglementation
spéciale n'est prévue. Hormis en Suisse « où une Loi fédérale s'inquiète de connaître pour
un textile en combustion quels sont les colorants dangereux par leurs émanations. »
















Gilles Parnaudeau, éleveur et fondateur de Mouton Village estime nécessaire la promotion, l'information et la formation auprès des éleveurs et utilisateurs avec l'Ecole de la Laine. (J. Diependaele)

Gilles Parnaudeau, éleveur et fondateur de Mouton Village estime nécessaire la promotion, l'information et la formation auprès des éleveurs et utilisateurs avec l'Ecole de la Laine. (J. Diependaele)

Une sécurité au feu sans égale

La même demande exprimée auprès de la Commission européenne sur une liste des
normes contre l'incendie avec cigarette, flamme nue… ne donne aucun résultat. Une loi du
22 décembre 1986 existe pour des dispositions anti-feu dans les hôtels et gîtes mais ne cite
pas spécifiquement la laine. Elle définit une protection par application d'un produit anti-feu
sur l'ameublement.
Spécialiste d'un laboratoire de test incendie, Thibault Cornillon explique qu'on agrée « un
tissu avec coton, soie, polyester par exemple qui doit être classé M (résistant au feu) pour
les établissements recevant du public. De plus, rien n'est prévu pour l'usage en habitat
privé. »
Sont testés les canapés, lits, sièges, tentures dans leur ensemble mais pas un composant
unique comme la laine. Une norme de l'UE est attendue sur ces tests et pour établir une
classification.















Déjà adoptée par l'aviation et par la SNCF, la laine confirme sa bonne tenue au feu : elle se
consume à partir de 560°C et brûle lentement, sans dégagement de fumées toxiques. A
l'inverse, les gaz provenant d'isolants (polyuréthane), de rembourrages en mousse, de colles
sont toxiques et tuent. Mise en garde aussi avec les retardateurs de flamme : depuis 40 ans,
ils s'utilisent dans le mobilier, les mousses, les plastiques, les jouets, le matériel informatique.
Le feu se développe plus lentement ce qui sauve parfois des vies mais ces produits se
retrouvent dans l'eau et dans la chaîne alimentaire, dans l'air des maisons.

Pierre Tissier de la Scop Ardelaine et son épouse : « Le suint représente un répulsif pour les mites et elles attaquent surtout les laines souillées et humides. » (J. Diependaele)

Pierre Tissier de la Scop Ardelaine et son épouse : « Le suint représente un répulsif pour les mites et elles attaquent surtout les laines souillées et humides. » (J. Diependaele)

 

Porter la laine, c'est la santé

Leur impact sur la santé est important avec un développement réduit du cerveau, une
influence sur la reproduction et le système immunitaire. Leur présence expliquerait pourquoi
deux fois moins de garçons que de filles naissent chez les Inuits du pôle nord.
Au Nevada, en Californie, sur les paquebots de croisière, la laine pure non traitée feu est
obligatoire pour les moquettes des lieux publics. Propriété anti-feu confirmée en Grande-
Bretagne où des cloisons anti-feu sont bâties avec 80 % de laine en fibres courtes
recouvertes par 20 % de plâtre.
La laine possède la propriété de fixer certaines substances dangereuses contenues dans
l'air des maisons comme le formaldéhyde issu des colles et plastiques. Après absorption, la
laine neutralise ce gaz cancérigène et allergisant et donc réduit sa concentration dans l'air.
A tel point qu'en Suisse un fabricant de tapis insiste sur cette propriété ; en Allemagne, des
panneaux lainés sont proposés pour assainir les maisons. Ce même formaldéhyde se
retrouve à de fortes concentrations dans les voitures (plastiques, rembourrages de
sièges).













Dans un matelas, les acariens ne se nourrissent pas de la laine mais des squames
épidermiques (peaux mortes) et des poils. La solution consiste à battre fréquemment le
matelas, à ne pas chauffer les chambres au-dessus de 17 °C et à couvrir le matelas d'une
housse en Gore Tex qui isole les acariens du dormeur. Les produits anti-acariens utilisés
par les industriels sont extrêmement dangereux par une diffusion d'insecticide forte et
rapide.
Les produits utilisés par les éleveurs pour protéger la toison laissent des résidus et
l'interdiction des organo-phosphorés rend ce problème des insecticides moins crucial. L'UE
diminue le nombre de produits agréés utilisables sur la laine.












Thibault Cornillon, spécialiste en tests incendie : « Les tissus sont testés mais pas un composant unique comme la laine. » (J. Diependaele)

Thibault Cornillon, spécialiste en tests incendie : « Les tissus sont testés mais pas un composant unique comme la laine. » (J. Diependaele)

 

Un Ecolabel est-il nécessaire pour la laine ?

Divers pays font pression pour obtenir un Ecolabel mais les réglementations de chacun
différent et créent un véritable chaos et il en résulte de la confusion pour le consommateur.
La demande pour une fibre bio existe mais sur quoi faut-il baser cette appellation ? La laine
est perçue comme écologiste et environnementale mais l'industrie ne valorise pas cette
perception. A l'inverse, l'industrie cotonnière s'est unifiée pour obtenir un label bio. Ce label
existe pour certaines laines en Australie et permet d'obtenir un meilleur prix. Tous les pays
devraient s'accorder à l'obtention d'un tel label. Apporter une information au consommateur
telle que « Après le mangez bio, portez le bio » et étendre cette notion aux tapis, à l'isolation
permettrait de valoriser les laines. Les magasins Mark and Spencer vont commercialiser
des laines bio et d'autres suivront. Malgré cela, les éleveurs se montrent peu empressés à
entrer dans une démarche bio ou dans une certification contraignante. La traçabilité de
cette matière, le plus souvent naturelle, pourrait suffire ainsi que le respect d'une charte des
meilleures pratiques pour garantir une production de qualité et bien informer les clients. Ce
genre de démarche « Best practices » est déjà mis en avant en Angleterre. En France, les
Deux-Sèvres s'activent sur un projet de traçabilité « Laines de nos régions ».

Pour l'environnement, la demande en laine s'accroît. Camille Auzeloux de la mission «
énergie » du Parc des Volcans d'Auvergne le constate avec l'utilisation des laines de brebis
Rava pour l'isolation par l'Etoile du Berger. Le Parc, outre l'autoconstruction, soutient les
gîtes Panda qui utilisent des matériaux locaux ; pour la laine, l'information et
l'approvisionnement demeurent encore insuffisants. Un autre réseau de gîtes, les Gîtes de
France, interdit la laine dans la literie dans certains départements et dans d'autres
recommande au moins une couverture en laine. Un travail est à faire pour éliminer ces a-
priori tenaces et non fondés.
La SCOP Ardelaine (Ardèche) collecte la laine de 250 éleveurs et leur propose les services
de tondeurs ainsi qu'un contrat qualité. Les éleveurs s'engagent à ne traiter les animaux
qu'en cas d'absolue nécessité et avec des produits agréés. Cette laine est achetée à des
prix deux fois plus élevés que ceux du marché.










Claude Michmacher, architecte : « En Europe, aucune réglementation ne cite la laine pour la protection anti-feu alors que son efficacité est unanimement reconnue. » (J. Diependaele)

Claude Michmacher, architecte : « En Europe, aucune réglementation ne cite la laine pour la protection anti-feu alors que son efficacité est unanimement reconnue. » (J. Diependaele)

 

Pour valoriser ce matériau, l'école de la laine est créée

En Creuse, une étude est menée pour développer les potentiels de la filière laine qui
comporte éleveurs, négociants, tondeurs, filateurs, industriels du tapis et liciers héritiers de
la tradition des tapisseries d'Aubusson. L'objectif est de faire émerger des projets
communs. Gilles Parnaudeau de Mouton Village estime nécessaire de diversifier l'utilisation
de la laine, de réaliser des animations, des formations (feutre, tricot, tissage…) et ces
dernières ont débuté l'an passé grâce à une véritable école de la laine. En Périgord, Sylvie
Weber du Pôle des métiers note que les petits ateliers sont nombreux et qu'outre les
métiers traditionnels de la laine, un débouché apparaît pour les artistes qui collaborent avec
les architectes pour habiller de laine les bâtiments de béton et de verre.

Jean-Philippe Rouanne, matelassier, valorise les laines locales et estime que ce produit peut relancer de nombreuses activités en milieu rural. (J. Diependaele)

Jean-Philippe Rouanne, matelassier, valorise les laines locales et estime que ce produit peut relancer de nombreuses activités en milieu rural. (J. Diependaele)

 

D'autres témoignages montrent un renouveau du travail des laines : en République tchèque,
Jan Sveda cite son association d'éleveurs qui monte un atelier de lavage et transforme déjà
la laine de moutons Romney pour des tapis ou la commercialise à Bradford en Angleterre.
Le travail du feutre se développe pour répondre à une forte demande de l'industrie
automobile qui l'utilise pour le garnissage des sièges, de la carrosserie et pour polir les
voitures.
Matelassier en Haute-Vienne, Jean-Philippe Rouanne travaille avec les laines locales en les
sélectionnant selon la race et le mode d'élevage. La laine est payée 1 à 1,20 euro par kilo.
Sa gamme de produits se vend sur les marchés, particulièrement les marchés bios, et se
décline en couettes, matelas, futons… Il tente d'intéresser les éleveurs à la valorisation de
ces laines.








L'usage du matelas en laine est délaissé. Bien à tort : il est bénéfique pour la santé. (J. Diependaele)

L'usage du matelas en laine est délaissé. Bien à tort : il est bénéfique pour la santé. (J. Diependaele)

 

Isolation, tapis, tapisseries murales, fauteuils, objets...La laine ou le feutre habillent et décorent la maison. (DR)

Isolation, tapis, tapisseries murales, fauteuils, objets...La laine ou le feutre habillent et décorent la maison. (DR)

 

Source Réussir Pâtre Août Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires