Michel Meuret, directeur de recherche à l'Inra : Observer le troupeau pour connaître sa satiété »

Michel Meuret, directeur de recherche à l'Inra : Observer le troupeau pour connaître sa satiété »

. Quand faut-il distribuer le fourrage pour que les chèvres valorisent le parcours ?

Si les chèvres savent que le fourrage est distribué de façon systématique après la pâture, elles se « retiendront pour le dessert ». Pour éviter ce risque, il faut, soit distribuer le soir un fourrage de qualité très moyenne afin de conserver l'appétit des chèvres vis-à-vis du parcours, soit distribuer uniquement le matin, en quantité moindre mais de meilleure qualité, et les chèvres savent alors qu'il n'y a plus rien de distribué en fourrage d'ici le lendemain. En période de repousse de l'herbe, il est préférable de bloquer les chèvres au cornadis avant la sortie pour qu'elles ingèrent suffisamment de fourrage grossier. A l'inverse, garder un très bon foin riche en azote pour l'été, lorsque la ressource est plus sèche et où il s'agit de maintenir la lactation.

. Comment savoir si les chèvres sont arrivées à satiété sur le parcours ?

Il faut évaluer l'état de réplétion des ventres des chèvres sur le parcours et au retour. Pour cela, il suffit d'observer l'élargissement progressif du flanc gauche des animaux. En quelques heures d'ingestion, il doit s'élargir de manière significative. L'observation attentive du troupeau à plusieurs moments de la journée permettra de se faire une « échelle de réplétion » adaptée à son troupeau. Trois à quatre heures sont suffisantes pour un repas sans trop d'interruptions, mais pour autant qu'il y ait des plantes de gros format à consommer comme les feuillages, les lianes ou les herbes à longues feuilles.

. Dois-je sortir mes chevrettes sur parcours ?

Les chevrettes, très naïves à l'origine, doivent sortir dès que possible sur parcours afin de découvrir le milieu et la diversité des plantes consommables et, dans tous les cas, avant leur première mise bas. Si elles ne peuvent pas sortir avec le troupeau, il faut les mettre dans un parc adapté et diversifié en ressources, en compagnie de quelques chèvres déjà bien expérimentées qui leur montreront comment valoriser l'espace. Le fourrage distribué en parallèle ne doit pas être trop fin ou trop digestible, afin de permettre un bon développement de la panse et une habitude de tri et d'ingestion d'aliments plus grossiers.

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir La Chèvre de mai-juin 2011. La Chèvre n°304, p. 16 à 27.

Source Réussir La Chèvre Mai-Juin 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires