Ovins : Les éleveurs crient au loup !

Ovins : Les éleveurs crient au loup !

Face à l’ampleur des attaques de loups ces dernières semaines, des éleveurs d'ovins de toute la France convergent à Paris demain pour crier leur désarroi devant le ministère de l’Écologie. Ils réclament "un nouveau plan loup efficace".

A l'appel de la Fédération Nationale Ovine (FNO) et de la FNSEA, plusieurs dizaines d'éleveurs de brebis convergent depuis mardi vers la capitale, en effectuant plusieurs étapes.

"On est partis mardi de Brioude (Haute-Loire), nous faisons une étape ce jour à Moulins, c'est une transhumance symbolique. Nous rassemblons éleveurs de Haute-Loire, Cantal, Lozère",  explique Claude Font, président de la section régionale ovine d'Auvergne.

De même, selon un autre responsable régional de la FNO, une trentaine d'éleveurs d'ovins de Champagne-Ardenne devaient se rendre "par leurs propres moyens" à Paris jeudi pour la manifestation anti-loup. Une autre délégation est partie de la Meuse mardi et faisait escale à Strasbourg ce mercredi.

200 à 300 éleveurs et leurs troupeaux devraient ainsi converger  à Paris sur le Champ de Mars jeudi, matin avant de se rendre au ministère de l’Écologie où ils devraient être reçus par le ministre de l'Agriculture.

"Se faire dévorer par des loups n'a rien de naturel, on est contre le loup à partir du moment où il s'attaque à notre élevage, les chiffres sont là, on est pratiquement à 8.000 victimes et 29 départements touchés par cette prédation", a ajouté M. Font.

"Les éleveurs se trompent d'ennemis" selon CAP Loup

A ce jour, la population de loups est plutôt estimée à 300 avec une progression de la population de 15 à 20% par an, qui affole les bergers. Au dernier recensement connu, remontant à fin août, l'administration comptabilisait cette année  4.800 victimes du loup, principalement des brebis. Environ 1.000 de plus que l'an dernier à la même date. En 2013, près de 6.800 bêtes avaient été la proie du prédateur, soit plus du double qu'en 2009.

"Il y a un accroissement en terme d'attaques, et les protections comme les filets électriques, chiens patous, ou bergers supplémentaires n'y font rien", selon M. Font.  "Le loup est un prédateur qui travaille en meute, chaque fois qu'il y a un mâle dominant il doit trouver un autre territoire, donc il s'étend chaque année", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le réseau CAP Loup, ensemble d'associations de protection de la nature, a estimé que les éleveurs "se trompent d'ennemi": "Le loup est une cible très facile à désigner, fédératrice pour des syndicats agricoles dépassés par les difficultés profondes de la filière ovine".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

rob57

@douce France , J'ai très bien compris ton message mais je trouvais tes exemples hors sujet , le vrai probléme est à quoi sert le loup maintenant et combien coute t'il ? Ensuite q'en pense ceux qui en subissent les conséquences ......Moi à choisir entre des bergers et le loup , entre 300 loups et 8000 animaux de ferme , entre tiré en l'air pour lui faire peur et l'abattre mon choix est fait. Car malgré tous le blabla les mesures de protections ne marche pas et la cohabitation est impossible .

doucefrance

Oulala des difficultés en matière de lecture on dirait?

@rob57
Je n'ai aucunement fait allusion à des classes dans mon commentaire; j ai parlé de nos ancêtres comme évoqué plus bas pour rappeler que même s'ils ont fait des choses remarquables ils ont aussi fait comme tout ceux qui les ont succédés des erreurs. Mais je constate qu'il y a une excuse à tous les maux apparament!
Expliquer au loup de rester en montagne? Ca passera par l'effarouchement ou même l'abattage mais entre l'abbatage de régulation et ce que vous pronez à savoir l'extermination, il y a tout un fossé! Ou peut être ne comprenez voous pas le sens du mot que vous employez à tour de bras? population de loup avant extermination: 300 selon l'article; population de loup avant extermination 0; population de loup après abattage de régulation: pas moins de 50 individus si j'en crois le chiffre le plus bas qui ressorte!

@lachevrevache
Tout à fait d'accord avec vous à l'exception du passage sur le randonneur, et je suis même prêt à venir avec mon 12/76 si vous aprennez qu'il rôde autour de votre troupeau. Pour ma part je ne prône pas le peace and love utopiste. Bien sur que la cohabitation passera par de l'effarouchement et de l'abattage, précisement pour la raison d'approvisionnement facile en nourriture que représente les troupeaux. Je pense juste qu'à l'heure ou l'on est capable d'envoyer un robot sur Mars on devrait pouvoir trouver des solutions plus efficace que l'extermination du loup. Comme vous le dites, d'un côté comme de l'autre la casse est inévitable; à nous de la rendre supportable pour les 2 partis.
Au sujet du passage sur le randonneur attaqué, non ça ne changerais rien à mon point de vue. J ai eu l'occasion de faire des excursions en montagne lors d'un voyage en Alaska avec mon fils et bien qu'on nous précise que les attaques ne sont pas légions, on est prévenu et même conseillé sur ce qu'il faut avoir sous la main et faire si on croise un prédateur (et là bas ils sont fournis en prédateurs sauvages qui n'auraient pas peur de tuer un homme qui viendrait leur chatouiller les moustaches) il n'y a qu'à faire de même en France. Sachant bien qu'en général si ces animaux attaquent c'est bien souvent parce qu'ils pensent ne pas avoir le choix et craignent pour leur vie et avant qu'on ne me reprennes j ai ecris BIEN SOUVENT.

rob57

@douce France , c est pas les " bases classes" qui ont lancé les guerres de religions, ils les ont subit , pour le charbon , ils n'en avaient pas les moyens , l'amiante c'est pas ceux qui ont pris les mauvaises décisions qui en meurent, donc oui ceux qui subissaient le loup l'on exterminé et je suis certains que c'était justifié .Quand en gens que ne subissent pas les contraintes mais qui sont persuader de beaucoup de chose , leurs avis .... Pour finir je t'invite a aller expliquer au loup de rester dans les montagnes . Sache enfin qu'il y a 200 ans des loups , ils y en avaient partout .

lachevrevache

ben moi éleveur et amoureux de mon métier, je vais faire hurler mes très nombreux amis protecteurs de la nature, en disant "c'est le loup ou nous" et je prendrai un fusil si j'apprends qu'il rode autour de mes betes. Pourquoi se gènerait-il à chasser des proies sauvagespeu nourrissantes (petits rongeurs) ou dangereuses (grands mammifères) quand avec les animaux domestiques ,balourds et prisonniers de leur cloture et très accessibles, il suffit de taper dans le tas? Quand un randonneur se fera attaqué par des loups de plus en plus enhardis, ce sera ça la limite qui vous fera changer d'avis, ou pas? Il faut leur faire peur pour les tenir éloignés, ça limitera la casse, malgré tout inévitable à mon avis, pour les troupeaux comme pour les loups.

doucefrance

Hihihi ben oui c'est bien connu, nos ancêtres avaient la science infuse... ce ne sont pas nos ancêtres qui ont aussi lancé les premières guerres de religion, qui utilisaient du charbon, ou plus récemment utilisaient de l'amiante? Du grand n'importe quoi, je suis également solidaire de tous les éleveurs qui ont à déplorer des pertes mais en 2014 je reste convaincu qu'il y a moyen de cohabiter avec les loups sur leur territoire de montagne. Qu'il n'aient pas à coloniser les plaines je le conçoit mais dans les milieu ou ils se trouvaient à nous de nous adapter ou de ne pas y aller.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires