Pays Basque : Des producteurs se regroupent et créent une fromagerie pour être autonomes

Laurence Geffroy

Située au coeur des Pyrénées-Atlantiques, La Soule est la moins peuplée des sept provinces que comp-te le Pays basque, avec seulement 14 000 habitants pour 700 km2. Les brebis laitières occupent une place importante dans cette région tournée vers l'élevage. Les surfaces des exploitations de cette zone de montagne sont en général assez faibles.
Les petits élevages ovins n'avaient jusqu'ici pas d'autre choix que de livrer leur lait aux deux groupes industriels de la région. Pourtant, en 2006, dix-sept d'entre eux ont décidé de s'affranchir de cette contrainte en créant la coopérative Azkorria à Musculdy pour se lancer dans la fabrication de fromages d'appellation d'origine contrôlée (AOC) Ossau-Iraty. « Une aventure passionnante. Nous avons voulu faire des produits qui nous correspondent, nos exploitations sont plus petites que le moyenne, donc nous devons amener de la valeur ajoutée », résume Jean-Claude Barreix, l'un des protagonistes. Six ans d'études et de réflexion ont été nécessaires avant la construction de la fromagerie, qui a donné aux éleveurs l'autonomie attendue et leur a permis de créer des emplois dans cette zone difficile. Ils ont investi chacun 7600 euros dans le projet.

Les éleveurs consacrent du temps à la commercialisation et la communication dans les salons. (L. Geffroy)

Les éleveurs consacrent du temps à la commercialisation et la communication dans les salons. (L. Geffroy)

Des produits haut de gamme

Leurs efforts ont été récemment récompensés puisqu'au dernier Salon international de l'agriculture, en février dernier, la coopérative Azkorria a reçu la médaille d'argent en AOC Ossau-Iraty. C'est sa deuxième médaille en trois ans. Une reconnaissance pour la qualité du travail des éleveurs ainsi encouragés dans leur démarche.
L'outil de transformation commun permet en effet de fabriquer des produits de qualité, haut de gamme, avec un cahier des charges très strict au niveau de l'alimentation, car « il va au-delà des contraintes imposées par celui de l'AOC » confirme Jean-Claude Barreix. Les éleveurs ne distribuent pas d'ensilage enrubanné à leurs animaux. Les brebis sont nourries au regain, au foin, aux céréales et en période traite, aux concentrés.
Chaque année, les 17 éleveurs produisent 350 000 litres de lait, entre décembre et juillet (1 à 1,5 litre de lait par jour par brebis). Les agneaux de lait sont destinés à l'export (Espagne, Italie…). Dans leurs cheptels, on ne trouve que les trois races locales : la Basco-béarnaise, la Manech à tête noire et la Manech à tête rousse. Ils collectent eux-mêmes le lait et se relaient quotidiennement à la fromagerie. La durée minimum d'affinage de leurs fromages est importante : 150 jours pour les fromages de 4 kg et 120 jours pour ceux de 2 à 3 kg. En plus de ces tâches et de leur travail sur leurs exploitations, les éleveurs passent encore du temps pour la commercialisation, la communication ou la gestion.

La fromagerie artisanale abrite un magasin de vente directe à Musculdy . (DR)

La fromagerie artisanale abrite un magasin de vente directe à Musculdy . (DR)

 

Ils participent à des salons, comme cette année au Salon international de la restauration, à Lyon. Ils y passent beaucoup de temps, mais la fromagerie a quand même permis la création de quatre emplois salariés : un coordinateur et un fromager à plein temps, une aide fromagère sur une partie de l'année et une secrétaire commerciale à mi-temps. Leur objectif est de passer à 500 000 litres pour pouvoir embaucher une personne supplémentaire.
Les fromages sont vendus principalement par le biais de grossistes, crémeries, dans la restauration et à des particuliers (vente directe, marchés…). La coopérative a ouvert un magasin de vente sur le site de fabrication à Musculdy et propose des visites de la fromagerie tous les matins. Elle propose également une boutique « en ligne » par le biais d'un site Internet. En maîtrisant collectivement l'aval de leur production, ces éleveurs de La Soule valorisent au mieux leur terroir, et c'est ce dont ils sont le plus fiers.

Les brebis utilisées sont des races locales : Manech à tête noire, Manech à tête rousse ou Basco-béarnaise. (DR)

Les brebis utilisées sont des races locales : Manech à tête noire, Manech à tête rousse ou Basco-béarnaise. (DR)

 

Source Réussir Pâtre Avril 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires