Santé des élevages : L'haemonchose, le parasite de l'été, à surveiller

Laurence Sagot, Institut de l'élevage - Ciirpo

Parmi les nombreux strongles intestinaux, l'haemonchose est parmi les plus sournois. L'évolution de la maladie est très rapide après l'infestation (son cycle est de l'ordre de 15 jours, d'où une multiplication très rapide du parasite) et les symptômes peuvent facilement se confondre avec ceux d'une autre maladie. Selon Julien Pauly, technicien au GDMA de l'Indre, « ce parasite sévit essentiellement entre juin et septembre. Les agneaux âgés de moins de 6 mois et les brebis en mauvaise état sont les plus touchés et on peut facilement confondre la pathologie avec une entérotoxémie par exemple ».

L'haemonchose est un strongle gastro-intestinal qui présente une évolution très rapide. (DR)

L'haemonchose est un strongle gastro-intestinal qui présente une évolution très rapide. (DR)

Des antiparasitaires efficaces

Le surpâturage peut être responsable d'une forte contamination mais les conditions climatiques restent un des principaux déclencheurs. « Le risque est maximal 10 à 15 jours après un violent orage, et lorsque les températures sont de l'ordre de 18 à 26°C », explique Jean François Renaud de la chambre d'agriculture de l'Indre. « Les animaux perdent l'appétit et s'anémient très rapidement. Le taux de mortalité peut être élevé. »
« C'est une pathologie qu'il faut prévenir car le mal est déjà fait lorsqu'on identifie la maladie à partir des symptômes, ajoute Julien Pauly. Les traitements curatifs d'urgence peuvent toutefois être mis en place en cas d'haemonchose déclarée afin de limiter la mortalité. Sauf si les animaux rentrent et restent en bergerie à l'issue du traitement, il vaut mieux utiliser des strongicides à action rémanente. » Les produits antiparasitaires à base d'Ivermectine, de Moxidectine et de Closantel sont efficaces. Pour plus d'information, contacter votre vétérinaire. Il est indispensable d'alterner les matières actives afin de limiter les problèmes de résistance, de respecter la posologie (ne pas sous estimer le poids des animaux) et de noter toutes les informations dans le cahier sanitaire.

Source Réussir Pâtre Juin-Juillet 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires