Section Ovine GDS Creuse : Une boîte à outils pour vous accompagner

Dr Didier GUERIN & Marien BATAILLE

Section Ovine GDS Creuse : Une boîte à outils pour vous accompagner

Maîtrise sanitaire collective en élevage ovin => Ce 28 mai, la section ovine de GDS Creuse s’est réunie afin de faire un point concernant certaines difficultés rencontrées sur le terrain et adapter la méthodologie d’intervention.

La sectionovine de GDS Creuse s’est réunie ce 28 mai principalement pour faire un pointsur les difficultés rencontrées sur le secteur nord-est de la Creuse et définirune méthodologie et un plan de communication afin d’informer les éleveurs ovinssur les différents outils disponibles.

Une alerte suite à des problématiquessanitaires rencontrées principalement autour des mises-bas

Les remontées de terrain font état d’un taux de mortalitédes agneaux plus important sur les naissances de février à mars avec des brebisn’ayant pas de lait à la mise-bas mais seulement 48h après. Des symptômessimilaires d’agalaxie ont été recensés en Lorraine. Les premières conclusionsde l’enquête mettent en évidence la présence de mycotoxines (dérivé ergot) dansles céréales. Ce dérivé de l’ergot influe sur la prolactine qui joue un rôleessentiel au cours de la lactogénèse (montée du lait).

Précocité d’intervention, suivi collectif etcentralisation, facteurs de réussite

Dès l’apparition de situations sanitaires particulières ouparticulièrement importantes dans  son élevage,il est primordial d’en informer son vétérinaire, son technicien ou nous-mêmes àGDS Creuse. En effet, le recueil collectif et la centralisation des remontéesd’informations permettent d’avoir une vision plus globale et de s’orienter versun diagnostic plus précis dans le but de pouvoir investiguer et aider leséleveurs avec les différents outils et prises en charge disponibles(mutualisation du coût des analyses). La précocité d’intervention représente unfacteur de réussite majeur.

Section Ovine GDS Creuse : Une boîte à outils pour vous accompagner

Une « boite à outils » GDSCreuse étoffée à mieux connaître pour optimiser son utilisation

Le plan pathologiesémergentes a pour objectif d’apporter un appui technique et financierà tout élevage confronté à une pathologie de groupe (avortements, parasitisme,maladies respiratoires…). Les frais relatifs à cette action pour les visites,prélèvements, analyses, informations sont pris en charge à hauteur de 50% grâceà des fonds du Conseil Régional.

Le kit diagnosticdirect avortements ruminants consiste en la mise à disposition d’un kit demise en évidence de l’agent infectieux pour les maladies suivantes : toxoplasmose,chlamydiose, fièvre Q (PCR) salmonellose (bactériologie), avec une prise encharge de 75% du montant des analyses (cf. illustration).

La plupart des maladies « s’achète » et plusparticulièrement les maladies abortives. LeBillet de Garantie Conventionnelle (BGC) est un document par lequel levendeur et l’acheteur discutent sur le statut des animaux et du cheptel. Deplus, des recherches peuvent être réalisées et son utilisation permet debénéficier d’une prise en charge à hauteur de 50% des frais d’analyses, via desfonds du Conseil Général.

Une poursuite de la mobilisation de tous dans le cadrede la « sanitaire’ attitude »

La « sanitaire’attitude » associe bilan, analyse, apport de garanties, protection avecles outils disponibles, notamment la « boîte à outils GDS Creuse » développéeet mise à disposition des éleveurs en relation avec les vétérinaires, le  laboratoire départemental et le service santéanimale de la DDCSPP. Les acteurs de la section ovine de GDS Creuse serassemblent afin de sensibiliser les éleveurs ovins creusois, à l’utilisationdes différents outils existant tout en s’appuyant des conseils techniques desintervenants du monde de l’élevage avec un fort engagement individuel enmatière de maîtrise des risques sanitaires pour un retour collectif conséquentbénéfique pour un troupeau sain, sûr et rentable.

Que faire en cas de problématique sanitaire dans mon élevage ?

1- Quantifier et noter 

La 1ère étape,essentielle, implique le recueil des commémoratifs de l’élevage (nombred’animaux concernés, dates, évolution au cours de la saison, problématique(s)rencontrée(s)…). En effet, un plan d’action adapté demande une analyseapprofondie basée sur un bilan dont la précision sera fonction desenregistrements à disposition et des commémoratifs recueillis.

2-  S’entourerde professionnels

Mon technicien, monvétérinaire, GDS Creuse sont à contacter car le recueil collectif et lacentralisation des remontées d’informations permettent d’avoir une visionglobale et de s’orienter vers un diagnostic plus précis dans le but de pouvoirinvestiguer et m’aider avec les différents outils et prises en chargedisponibles (mutualisation du coût des analyses).

3-  Déterminerla priorité sanitaire de son élevage 

La prioritésanitaire du troupeau va déterminer le plan d’action. Sa détermination demandeune observation collective du troupeau lors d’une visite d’élevage dédiée.

4-  Identifierles analyses de laboratoire à réaliser

Les analyses aidentà confirmer ou infirmer une hypothèse diagnostique. Elles sont donc àdéterminer après l’identification de la priorité sanitaire lors de la visite demon élevage. Les non-réponses ou mauvaises interprétations observées découlentsouvent d’une mise en œuvre des analyses avant cette phase d’orientationdiagnostique.

5-  Connaître les facteurs déterminants etfavorisants de mon troupeau 

La santé (de l’animal ou du troupeau) résulte de l’équilibrefragile entre le statut immunitaire (AC) et la pression infectieuse (germes).Les agents déterminants sont les virus, bactéries ou parasites. Les facteursfavorisants se classent en 5 domaines de risque. Seule cette détermination desfacteurs favorisants puis leur correction par des mesures sanitaires etéventuellement médicales (vaccination, chimioprévention, traitements) permettrad’éviter la récurrence de maladies dans mon cheptel.

Section Ovine GDS Creuse : Une boîte à outils pour vous accompagner

6-  S’informeret se former

Des outils existent :visites d’élevages, plan maladies émergentes, kit avortement, billet de garantieconventionnelle, aides au génotypage et visna-maëdi, formations…

Des articlestechniques sont consultables sur le site de GDS Creuse www.gdscreuse.fr, sur le site OBL ou dansle Berger.

Des fichesspécifiques pour l’utilisation de chaque outil sont consultables et mises àdisposition des éleveurs (avortement, parasitisme, mortalité…).

Des informationspeuvent vous être envoyées par informatique, indiquez-nous vos adressescourriels.

Une formation départementaleéleveur infirmier aura lieu à l’automne. Elle se déroule selon un module debase qui comporte deux journées : la première sur le thème de« l’examen de l’animal malade » et la seconde sur « lemédicament vétérinaire et le carnet sanitaire ». Une partie pratique enexploitation (réalisation de gestes techniques ou analyse de la pharmacie) estassociée à une partie théorique. Les GDS, maîtres d’œuvre de cette action, sontchargés de l’organisation et de l’animation. Cette formation se déroule pargroupe de 12 à 15 éleveurs.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires