Sélection : Les races françaises s'exportent à l'Est

Laurence Geffroy

Les pays de l'Est s'intéressent aux races ovines françaises pour améliorer la génétique de leurs troupeaux.

Jusqu'à 600 reproducteurs sont exportés chaque année du centre de rassemblement de Verdilly (Aisne), géré par l'organisation de sélection Oson. « Les races Ile de France et Texel sont appréciées en croisement, notamment dans les pays de l'Est où les cheptels locaux ont été en partie détruits dans les années 90 après la chute du bloc communiste » explique Gérard Matry, son président.

La race Ile de France intéresse les éleveurs roumains et serbes. (DR)

La race Ile de France intéresse les éleveurs roumains et serbes. (DR)

Plus de viande

Les contacts avec les éleveurs étrangers se font dans les salons, en France ou à l'étranger (Bucarest par exemple) ; ou grâce à l'Internet avec des échanges par messagerie électronique. Avant l'été, le président d'Oson s'est rendu avec Yves Lemaire, chef du centre d'insémination, une dizaine de jours en Roumanie, en Bulgarie (Union européenne) et en Serbie (hors Union européenne). « La génétique ovine française est reconnue mondialement » souligne Gérard Matry.
Dans les pays des Balkans, la production ovine n'est pas vraiment spécialisée. Mais depuis quelques années, les cheptels s'orientent de plus en plus vers la production de viande, avec des agneaux plus conformés, d'où la nécessité pour eux de perfectionner rapidement la génétique de leurs troupeaux avec des béliers améliorateurs.
Selon l'Institut de l'élevage, la progression du cheptel ovin roumain devrait être d'environ 15 % d'ici 2015, avec des agneaux exportés principalement vers les pays d'Europe du Nord. Mais nos voisins de l'Est ont peu de moyens pour investir. ou s'équiper. Pour l'instant, aucun contrat n'a été signé avec les Français, mais les Roumains envisagent d'acquérir 150 béliers purs pour faire du croisement et les Serbes 200 brebis. « Pour que ces projets se concrétisent, il ne faut pas hésiter à aller sur place pour rencontrer les gens et leur proposer du soutien technique » explique Gérard Matry.

Source Réussir Pâtre Octobre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires