Un guide pour choisir ses emballages de fromages

Jean-Noël Passal et Damien Hardy - Réussir La Chèvre

Un guide pour choisir ses emballages de fromages

La législation et les techniques d’emballage des produits laitiers évoluent rapidement. Des spécialistes ont fait le point aux dernières journées de formation des techniciens fromagers.

Mentions légales obligatoires :

nom et adresse du producteur, identification de la fromagerie, identification du lot, contenu nominal et composition (évolution vis-à-vis des allergènes), poids, DLC ou DLUO.

Les chevriers fromagers pratiquant une part de vente indirecte sont confrontés aux problèmes liés à l’emballage des fromages lactiques, notamment avec l’opportunité de vente en supérettes ouvertes aux produits locaux ou la suppression progressive des rayons à la coupe dans les moyennes et grandes surfaces.
Théoriquement, l’emballage primaire est au contact du produit afin de le protéger physiquement et de garantir la sécurité au consommateur, pour une durée à définir, jusque sa date limite de consommation (DLC) ou sa date limite d’utilisation optimale (DLUO). Il offre de plus des mentions légales, commerciales et informatives. Depuis le nouveau règlement communautaire de 2004 considérant les produits comme « respirants », les emballages doivent permettre les échanges entre le produit et l’atmosphère : absorption d’oxygène, rejet de gaz carbonique et circulation d’eau. Selon les besoins de la commercialisation, l’emballage doit stabiliser ou aider à la maturation. Il doit aussi limiter les impacts sur l’environnement.

Cloches, barquettes ...

Le Centre fromager de Bourgogne a réalisé une fiche et un guide pratique pour choisir l’emballage en fonction du circuit de vente, de l’humidité du fromage et de la façon dont on veut le faire évoluer. Le guide liste les avantages et les inconvénients de l’emballage papier, du film étirable, des cloches, des barquettes refermables, des barquettes thermo-scellées, de l’emballage sous-vide, des films thermo- rétractables ou des absorbeurs d’oxygène. Quoi qu’il en soit, le producteur doit informer au mieux le revendeur afin que le fromage vendu soit le plus respectueux des caractères qu’on lui attribue, celui que l’acheteur attend.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires