[Vidéo] "On est passé à l'herbe"

Jean-Marie Lusson

"On est passé à l'herbe" : l'arrivée dans le groupe de "pâtureurs"
Photo Rad-Civam/Gaetan Boudoulec

Une vidéo de 4:41 minutes réalisée dans le cadre du projet multipartenarial PraiFacE, animé par le Réseau agriculture durable des Civam (Rad-Civam). A voir dès maintenant sur http://www.agriculture-durable.org/Sur un ton humoristique, en donnant la parole aux vaches, "On est passé à l'herbe" raconte en 4:41 minutes les questionnements puis l'évolution d'un éleveur qui choisit d'accorder plus de place à l'herbe et au pâturage pour l'alimentation de son troupeau. Testé dans plusieurs situations, "On est passé à l'herbe" est librement utilisable dans des actions de développement, accompagnement, enseignement et pour introduire des discussions sur le sujet.

Le projet PraiFacE (2011-2014)

Lauréat de l'appel à projet Innovation et Partenariat 2010 du CASDAR (Compte d'affectation spécial développement agricole et rural ), le projet PraiFacE vise à "faciliter les évolutions des agriculteurs vers des systèmes herbagers économes". Il est mené avec 12 groupes du Réseau agriculture durable (RAD), avec l'aide de partenaires tels que l'IDELE et l'INRA, le Campus des Sicaudières (79), en lien avec la  thèse de 3e cycle de Xavier Coquil sur l'étude des transitions vers des systèmes de polyculture-élevage autonomes... et avec le soutien du Casdar, des Régions Bretagne et Pays de la Loire, des Agences de l'eau Loire-Bretagne et Seine-Normandie, des Conseils généraux du Maine-et-Loire, des Deux-Sèvres et Côtes d'Armor.

Les  productions du projet PraiFacE  :  

. une plaquette d'information sur les systèmes herbagers à l'attention des élus et acteurs territoriaux ,

. un premier  Pâtur'agenda® 2014 pour faciliter les apprentissages de la conduite de l'herbe,

. des fiches actions pour les accompagnants de groupes d'agriculteurs,

. un quizz herbager (2014) à destination des étudiants,

. des communications à l'attention du monde de la recherche et du développement agricole (à Paris le 5 décembre lors des 20emes Rencontres Recherches Ruminants  (IDELE, INRA) et lors des journées AFPF du 25 et 26 mars 2014). 

 

"On est passé à l'herbe" a été réalisé en Bretagne-Pays de la Loire en 2013 par des animateurs de l'équipe PraiFacE et agriculteurs des groupes d'échanges du Réseau, avec le concours du vidéaste Gaëtan Boudoulec et de l'acteur-metteur en scène Patrick Cosnet.

Il a été testé auprès de jeunes des établissements de l'enseignement agricole, d'agriculteurs, d'acteurs politiques.
Lors des 20 ans de l'Adage, Pierre Méhaignerie, ancien ministre de l'agriculture, s'est fendu d'un : "Bravo pour le film, il faut qu'il soit diffusé parce qu'il est très vivant". Merci M. Le Ministre.

"On est passé à l'herbe" peut être utilisé lors d'animations ou de cours sur les transitions vers des systèmes plus pâturants et plus autonomes. De nombreux travaux ont déjà montré les mérites de ces systèmes en terme économique et environnemental : très peu ou pas d'engrais et d'aliment acheté grâce aux légumineuses, moins d'énergies fossiles consommées, moins de capitaux engagés...  Cette évolution constitue pour beaucoup d'éleveurs "un changement de métier" qu'il s'agit d'accompagner. C'est là une des principales missions que se donne le réseau associatif Rad-Civam.

Sous son aspect théâtral, "On est passé à l'herbe" s'appuie sur des résultats d'enquêtes réalisées dans le cadre du projet PraiFacE (4 enquêtes et 130 entretiens : éleveurs et futurs éleveurs, conseillers, acteurs des politiques de l'eau) :  

1/ améliorer ses conditions travail est la préoccupation la plus largement partagée par les éleveurs enquêtés ; améliorer sa qualité de vie et le sens de son métier constitue la motivation la plus répandue pour développer le pâturage.  

2/ les évolutions vers plus de pâturage suscitent des espoirs mais aussi des appréhensions :

  . crainte de manquer de fourrage, de ne pas atteindre ses objectifs de production,

  . crainte de la complexité du pâturage et de s'engager dans de nouveaux apprentissages ("l'herbe, c'est technique").

3/ les groupes d'échanges de pratiques entre agriculteurs constituent le moyen préféré des éleveurs et futurs éleveurs pour acquérir de nouveaux savoir-faire.

Au passage, "On est passé à l'herbe" tente de rajeunir l'image de l'herbe par l'humour et en adoptant un rythme dynamique, sans éluder pour autant la question de la pression sociale inhérente à ce genre de changement (le père, les voisins).  

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 10

JML

Bonjour,
le film n'a pas l'ambition de dire que c'est possible dans toutes les situations : cependant on a vu des fermes très morcelées qui après échanges de parcelles se prêtaient à + de pâture. Quant à la portance, nombreux sont les éleveurs qui ont constaté qu'elle s'améliore drôlement quand on passe des prairies de 18 mois à des prairies pâturées de 4-5ans et +.

grigri

Très bonne réalisation. Et après c est vrai que cela n'est pas possible pour tt le monde

mosca03

moi qui ai commencé par la pâture quand j'ai produit du lait (1981) , en pâturage permanent intensif (à cause de petite surface disponible vers le bâtiment) , je peux vous dire que ce système ne fonctionne pas partout, chez nous par exemple, nous sommes sur terrain argileux hydromorphe et nous avons été vite confronté au problèmes de portance du sol. l'augmentation du troupeau par la suite nous a très vite ramenés à la distribution à l'auge, avec une part de pâturage à la belle saison. ceci dit le système et parfait dans le cas de sols portants

Séb(A)stien

Pour prendre un cas extrême et pour répondre à Beber12. J'ai assisté à un témoignage d'éleveur laitier en Sarthe avec 1 million de litres de lait et qui était en difficulté financière en 2009.

Pour faire rapide, Solidarité Paysans 72 lui a entre autre proposé de passer au pâturage. L'éleveur n'était pas vraiment convaincu et avec des préjugés liés aux organismes para-agricoles... Il a quand même essayé, avec une anecdote les vaches sautait en l'air et trouvait l'herbe bizzard !!! Enfin bref, il en ressort qu'il a fait beaucoup d'économie de concentrée ce qui l'a ammené à réfléchir sur des échanges de parcelles avec ses voisins (qui ont trouvé la démarche farfelue au premier abord) afin d'optimiser le pâturage autour de ses bâtiments.

mon petit doigt à écrit

@ bebert
Drôle de commentaire sur un site qui appartient au Crédit Agricole.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires