2008 : Chute du cheptel porcin

Agreste

Le cheptel porcin européen subit une forte diminution (- 5 %). Le nombre de truies détenues par les tats membres chute de 8 %, signe d'une crise importante du secteur.

Au printemps 2008, le cheptel porcin européen diminue de 5,2 % par rapport à 2007, d'après les enquêtes communautaires sur les cheptels réalisées chaque année en mai ou juin par les états membres.

A cette date, on compte 153 millions de porcins contre 161 millions l'an passé. Toutes les catégories sont touchées par la baisse d'effectif : le nombre de porcelets se réduit de 5,6 % à 42 millions, le nombre de porcs de 20 à 50 kg de 6,4 % à 38 millions, le nombre de porcs de 50 kg ou plus de 3,4 % à 58 millions.

Les truies sont particulièrement concernées par la réduction du cheptel : avec 14 millions d'animaux, elles sont 1,2 million de moins qu'en 2007, soit une baisse de près de 8 %. « Cette évolution marque un mouvement de décapitalisation liée à la crise dans le secteur porcin » analyse Agreste Conjoncture dans sa note de décembre 2008..

Parmi les cinq premiers détenteurs, quatre font partie de l'ancienne UE à 15 : l'Allemagne, l'Espagne, la France et le Danemark. La Pologne, entrée dans l'UE en 2004, se place en troisième position avec
16 millions de têtes.



En Espagne, le cheptel se replie de 8 %

Les cheptels diminuent dans tous les pays exceptés les Pays-Bas qui résistent plutôt bien (+ 2,4 % soit 340 000 animaux supplémentaires) grâce aux nombreuses restructurations et à la modernisation de l'appareil productif ayant eu lieu depuis 2003, et le Luxembourg, dont le cheptel est faible (86 400 animaux).

La diminution est très marquée pour trois des principaux pays détenteurs. Ainsi, en Espagne, le cheptel se replie de 8 %. Après trois années de croissance, le nombre de porcs n'est plus que de 25 millions, inférieur au niveau de 2004. Les truies, dont la prolificité ne cesse d'augmenter, sont à peine plus nombreuses qu'en 2003 à 2,5 millions de têtes. En Pologne, le cheptel chute de 13 %, et encore davantage pour les animaux reproducteurs avec – 19 % pour les truies. Enfin, le Danemark voit lui aussi ses effectifs diminuer avec une baisse de 10,4 % pour l'ensemble des porcins (à 12 millions) et de 9,8 % pour les truies. En France et en Allemagne, la réduction est plus modérée, avec respectivement -1,2 % et -1,3 % pour le total des porcins.

Toutefois, le nombre de truies baisse de façon importante : -3,4 % pour la France et –5 % pour l'Allemagne.

Espagne et Allemagne sont les principaux producteurs européens de porcins (Source Eurostat).

Espagne et Allemagne sont les principaux producteurs européens de porcins (Source Eurostat).

 

Source Agreste Conjoncture décembre 2008

Publié par Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires