Acceptabilité des élevages par la société en France : controverses et mobilisations collectives

Institut du Porc IFIP

ACCEPT
IFIP

Le projet Accept : quels regards de la société sur l'élevage, et des éleveurs sur les attentes sociétales ? Comprendre les controverses afin de mieux communiquer...

Le projet ACCEPT a pour objectif d’apporter des connaissances nouvelles sur les mouvements de société. L’élevage est en effet fréquemment et diversement interpellé par la société. Avec des causes et des modalités multiples et complexes, des controverses et des mobilisations collectives se développent

Les parties prenantes concernées par l’élevage, en premier lieu les éleveurs et leurs partenaires, pourront ainsi mieux les comprendre et adapter leurs choix et leur registre d’argumentation.

Le projet produit une cartographie des controverses sur l’élevage français en s’appuyant sur des entretiens et une analyse bibliométrique, avec une ouverture européenne pour comparaison. Il analyse les mécanismes sociaux favorisant l’expression de ces controverses dans le débat public à partir d’études de cas locaux de projets d’élevages. Il conduit une évaluation quantitative (par sondage d’opinion) et qualitative (par entretiens) des regards de la société sur l’élevage et des éleveurs sur les attentes sociétales.

Les futurs possibles de l’élevage en France sont tracés. Des outils sont conçus pour aider les professionnels des filières dans la conduite des projets et pour une communication renouvelée vers la société.

Projet CASDAR ACCEPT 2014-2017 :  Acceptabilité des élevages par la société en France : cartographie des controverses, mobilisations collectives et prospective.

COORDINATRICE DU PROJET : CHRISTINE ROGUET, CHRISTINE.ROGUET@IFIP.ASSO.FR - TEL : +33(0)2.99.60.93.64

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

fred

ces néo ruraux qui ne supportent plus un coq qui chante m'em.....
ça ne dit pas bonjour, ça roule en quad dans les champs, pavillon neuf, 4 x 4, ça veut des équipements comme à la ville tant pire si les impôts locaux augmentent. le soir en rentrant du travail ça roule en voiture en conversant sur leur portable; mais si par leur inattention elle glisse sur une motte de terre sur la route alors le paysan va se prendre un procès.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires