Aliments truies : Des formulations qui tiennent compte du bilan électrolytique des matières premières

Dominique Poilvet

Chaque matière première a un bilan électrolytique différent. C'est à partir de ce constat que le
fabricant d'aliment finistérien Tecnor Sofac a décidé de prendre en compte ce bilan pour la
mise au point de ses formules. Une approche alimentaire qui a pour objectif d'abaisser les
pertes de porcelets en maternité.

Richesse en protéines et BE élevé vont de pair

Le bilan électrolytique caractérise l'équilibre des ions dans les matières premières, et dans
les aliments. Chaque matière première contient différentes quantités d'anions : chlore (Cl-),
bicarbonate (HCO3-)… et de cations : potassium (K+) sodium (Na+). Le bilan électrolytique,
qui correspond à la différence entre les cations Na+ et K+, et de l'anion Cl- est donc
différent pour chacune : il est bas pour les céréales (107 mEq/kg pour le blé, 90 mEq pour
l'orge), et élevé pour les sources protéiques (tourteau de soja : 286 mEq/kg). Le sel (NaCl)
a un bilan électrolytique de zéro, puisqu'il est constitué du cation Na+ et de l'anion Cl- qui se
neutralisent.
Formuler un aliment de lactation avec un BE plus bas qu'un aliment de gestation relève du
casse-tête, car les matières riches en protéines sont également celles qui ont un BE élevé.
Cela implique donc un coût supplémentaire aux formules, puisqu'il faut faire appel à d'autres
ingrédients, qui permettent soit d'abaisser la balance électrolytique de l'aliment de lactation
(ex : L-lysine), soit d'augmenter la BE de l'aliment de gestation (ex : bicarbonate de sodium).



Source Réussir Porcs Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires