Bâtiments agricoles : La percée du photovoltaïque

Claudine Gérard

Les garanties de prix de rachat de l'électricité par EDF provoquent un engouement pour les installations photovoltaïques. Les bâtiments agricoles constituent un potentiel de surfaces considérables que les fournisseurs convoitent.

Parmi les énergies renouvelables, le photovoltaïque a semble-t-il, beaucoup d'avantages :
une source d'énergie abondante, une charge de travail quasiment inexistante, et une
garantie de rachat de l'électricité produite pendant 20 ans minimum au tarif de 57 c/kWh si
les panneaux sont intégrés dans la toiture ! En théorie, le retour sur investissement serait
assuré entre 10 et 20 ans. Avec les surfaces de toiture qu'offrent les élevages, la tentation
est grande d'investir pour assurer un complément de revenu sans main-d'oeuvre. Les
fournisseurs l'ont compris et le Space en a été l'illustration : pas moins de 16 nouveaux
exposants dans ce domaine, que nous sommes allés rencontrer pour appréhender leur
offre, le plus souvent très complète, de l'étude à la réalisation en passant par le
financement…
Mais avant d'investir, il faut prendre des précautions techniques, s'informer sur les
différents types de panneaux photovoltaïques et s'interroger sur le bâtiment le plus adéquat
pour l'installer : cela tient compte de son exposition, de l'inclinaison du toit, et de ce qu'il
abrite !







Il faut, avant tout investissement, se fixer des objectifs clairs. (B. Griffoul)

Il faut, avant tout investissement, se fixer des objectifs clairs. (B. Griffoul)

Si les hangars qui abritent du matériel, par exemple, ne posent pas de problème majeur, les
bâtiments d'élevage, eux, souffrent des possibles émanations de gaz et de poussières. Des
solutions existent. Il faut pour cela s'adresser à des spécialistes. Un éleveur de volaille de
Loué témoigne ainsi de l'installation de rinçage de ses panneaux qui permet de balayer les
poussières émises par les pintades. Quant aux porcheries, la configuration idéale est celle
d'une ventilation centralisée avec lavage d'air.
Ces précautions techniques prises, il faut se renseigner sur les aspects de financement, de
fiscalité, de successions... Diverses charges viennent en effet s'ajouter à l'investissement
initial : taxes, assurances. Et, surtout, cet investissement crée un besoin en trésorerie qu'il
faut raisonner très précisément. Enfin, dès le début, il importe de se fixer des objectifs à
long terme et de s'interroger sur le cas où l'exploitation sera vendue.
Ces précautions prises et les objectifs étant bien clairs dès le début, l'investissement
s'avère très intéressant, comme le témoignent ces éleveurs que nous avons rencontré et
qui ont été les premiers à franchir le pas sur des bâtiments existants ! Gageons que
beaucoup de nouvelles constructions intègreront cet équipement dès leur conception.






Pour en savoir plus

Voir Dossier de Réussir Porcs d'octobre 2008. (R. Porcs n° 153, p. 16 à 35)

 

 

 

 

Source Réussir Porcs Octobre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires