Bien-être des truies : plus que 10 mois pour se mettre aux normes

Bien-être des truies : plus que 10 mois pour se mettre aux normes
La mesure la plus contraignante : le passage des truies bloquées en truies en groupe. (DR)

Seuls trois des vingt-sept Etats européens seraient prêts à appliquer les nouvelles normes de bien-être des truies qui entreront en vigueur l'année prochaine, annonce la Commission européenne qui indique qu'elle poursuivra les contrevenants.

Les règles du bien-être

D’après le Cogedis : Les règles sont nombreuses et contraignantes. Elles nécessitent des adaptations dans la façon de produire et des évolutions des bâtiments d'élevage. La mesure la plus contraignante : le passage des truies bloquées en truies en groupe. Toutes les exploitations devront avoir leurs truies gestantes en groupes avec un minimum de 2,25 m² par truie. Cette surface passe à 2,47 m² si le groupe comporte 5 truies ou moins et à 2,03 m² minimum si le groupe comporte 40 truies ou plus. Une truie peut être bloquée si elle est trop agressive ou blessée, mais cet isolement ne doit pas être permanent. Les truies confirmées gestantes doivent être en groupes entre 4 semaines après l'insémination et une semaine avant la mise bas.

Seize autres États pourraient toutefois rentrer dans les clous d'ici à la fin de l'année, mais huit autres, dont de gros producteurs comme la France ou l'Espagne, risquent de se retrouver dans l'illégalité au 1er janvier prochain, selon une source européenne.

Le commissaire chargé du dossier, le Maltais John Dalli, a rappelé jeudi que les ministres européens de l'Agriculture avaient eu douze ans pour se conformer à ces normes.

Bruxelles a déjà ouvert des procédures d'infraction au droit communautaire contre douze Etats européens pour non-respect des normes des cages pour les poules pondeuses, entrées en vigueur au 1er janvier dernier.

La principale mesure consiste en le « non-confinement » des truies "gestantes", parfois  bloquées  dans des stalles individuelles où elles ne peuvent guère bouger. Les scientifiques estiment que ces nouvelles normes permettent aussi de réduire la mortalité des porcelets.

 Le non-respect des normes par certains Etats au 1er janvier prochain posera, comme dans le cas des poules pondeuses, un problème de concurrence sur le marché intérieur, estime la Commission européenne. La viande de porc produite dans des conditions illégales risque de connaître les mêmes difficultés de commercialisation qu'actuellement les oeufs pondus par des poules tenues dans des cages trop petites.

Selon une source européenne, "c'est précisément pour éviter que se renouvelle l'affaire des oeufs illégaux que la Commission s'y prend cette fois dès le premier semestre 2012 pour mettre la pression sur les Etats concernés".

Sur le même sujet

Commentaires 2

aldoccc

c est ca l Europe avec une Allemagne qui se satisfait de ces salaires de misere et qui veut donner des lecons aux autres

rp

sans les 4.5 années de crise je pourrait me mettre au normes alors comment faires je n'ai pas de financement ? installer en 2005 fin de paiement 2017 des batiments........

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires