Biocarburants : La fièvre de l'éthanol gagne les USA

Dominique Poilvet

La transformation du maïs en éthanol pourrait se faire au détriment de la production porcine dans les États du Middle West.

La progression de l'éthanol aux États-Unis est impressionnante. Deux chiffres pour se
rendre compte du phénomène : 87 millions de tonnes de céréales américaines ont été
transformées biocarburants en 2007. Selon une étude du Fapri(1), ce chiffre devrait monter
à 153 millions de tonnes en 2007. À titre de comparaison, la production de céréales en
France est de 60 millions de tonnes par an… C'est le maïs qui est la culture la plus
sollicitée. En 2006, la production d'éthanol en a mobilisé plus de six millions d'hectares, soit
l'équivalent de la production de maïs de l'UE 27. Cette surface devrait doubler d'ici 2010,
correspondant alors à un tiers des surfaces de maïs aux USA.
À l'origine de cet engouement, une loi-cadre sur l'énergie élaborée en 2005 dans un
contexte politique favorable (crise du pétrole, guerre en Irak…) chiffre un seuil de 10 % de
biocarburants dans l'essence en 2012. Des aides financières fédérales (0,13 $/litre) et un
maïs bon marché permettent d'envisager aux industriels un retour sur investissement de 1
à 2 années !





André Pflimlin, Institut de l'élevage. « Il y aura localement de réels problèmes de disponibilité de maïs, aux dépens des productions animales, et sans solution de substitution. » (D.Poilvet)

André Pflimlin, Institut de l'élevage. « Il y aura localement de réels problèmes de disponibilité de maïs, aux dépens des productions animales, et sans solution de substitution. » (D.Poilvet)

Pour André Pflimlin, ingénieur à l'institut de l'élevage, qui a réalisé un voyage d'étude dans
ce pays à l'automne dernier, cette tendance n'est pas prête de s'inverser. « Avec du pétrole
à 100 $ le baril, les usines d'éthanol sont rentables même si le prix du maïs américain
grimpe à plus de 150 €/tonne », soulignait-t-il, à l'occasion d'une conférence organisée par
l'Association française de zootechnie le 10 avril dernier. Lors de son périple, il a parcouru
l'Iowa, un État agricole du Middle-West. L'Iowa est le premier producteur de porcs des
Etats-Unis. C'est dans cette région de grandes cultures, là où les rendements en maïs
atteignent facilement 100 quintaux/ha sans irrigation, que les usines d'éthanol se montent. «
En totalisant les besoins des usines en fonctionnement et en projet, on arrive à 142 % de la
production de maïs de 2006 ! », souligne l'ingénieur. Une demande qui risque rapidement de
poser un problème d'approvisionnement aux fabricants d'aliment, d'autant plus que les
solutions de substitution sont rares dans cette région.

En associant les usines existantes et les projets, la production d'éthanol en Iowa aura rapidement besoin de 141 % du maïs produit dans cet État. (Passion Céréales)

En associant les usines existantes et les projets, la production d'éthanol en Iowa aura rapidement besoin de 141 % du maïs produit dans cet État. (Passion Céréales)

 

Par ailleurs, il est illusoire pour les producteurs de compter sur les drêches issues de la
transformation du maïs en éthanol, puisqu'ils ne peuvent êtres incorporés dans les aliments
porcs qu'à hauteur de 10 %. « Ce cas, extrême mais bien réel, montre qu'au-delà des
équilibres nationaux apparemment peu bouleversés, il y aura très rapidement de réels
problèmes de disponibilités de maïs, aux dépens des productions animales, et sans solution
de substitution », analyse André Pflimlin. Aujourd'hui, la production porcine US est pénalisée
par les prix élevés des matières premières, alors que le prix du porc a baissé. « Un
ralentissement de la production est déjà perceptible, et pourrait se prolonger jusqu'en 2011
avant de pouvoir retrouver une reprise de croissance », conclut-il.

(1) Le Fapri est un centre de recherche formé par les universités de l'Iowa et du Missouri. Il
sert de bureau d'études au Congrès américain en matière d'économie agricole. www.fapri.org


Pièces jointes

Source Réussir Porcs Juin 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires