Conduite d'élevage : Les élevages qui sèvrent à 21 jours obtiennent de meilleures performances

Claudine Gérard

L'analyse des données 2007 montre que le sevrage à moins de 24 jours ne dégrade pas les critères techniques, d'où un gain net de marge par truie.

En 2007, 26 % des élevages français sèvrent leurs porcelets à moins de 24 jours. Les GTE
montrent qu'ils dégagent 140 euros de marge de plus par truie par rapport aux élevages qui
sèvrent à plus de 24 jours. La raison essentielle est que le nombre de porcelets produits
par truie est augmenté de 1,7 par an, et que tous les critères techniques sont au moins
aussi bons dans le cas de sevrage plus précoce, et ceci indépendamment de la taille
d'élevage. C'est ce qui ressort de l'analyse faite par l'Ifip sur l'ensemble des GTTT et GTE
nationales de 2007.
Au niveau de la reproduction, le sevrage à moins de 24 jours se traduit par des
performances au moins aussi bonnes qu'avec un sevrage plus tardif. Certains critères sont
même améliorés : le taux de pertes sur nés vivants, l'ISSF, le taux de fécondation en 1re
saillie… tandis que le nombre de portées par truie réformée est rigoureusement identique
(5,1).





Les pertes sevrage-vente ne sont pas modifiées par l'âge au sevrage. (C. Gérard)

Les pertes sevrage-vente ne sont pas modifiées par l'âge au sevrage. (C. Gérard)

Des performances sevrage-vente rigoureusement identiques

Par ailleurs, les performances techniques sevrage-vente sont tout à fait comparables quel
que soit l'âge au sevrage. Le sevrage plus précoce ne pénalise pas les croissances qui
s'avèrent en moyenne rigoureusement identiques sur la période sevrage-vente, tandis que
les taux de pertes et l'indice sont même légèrement meilleurs dans le groupe « sevrage à
moins de 24 jours.
La marge par truie est donc améliorée essentiellement par les 1,7 porcelets de plus produits
par truie présente et par an et l'amélioration de l'indice global qui en découle (- 0,08). Brigitte
Badouard, qui a analysé ces données pour l'Ifip, souligne que ces meilleures performances
sont indépendantes de la taille de l'élevage, sachant que la productivité s'accroît avec
l'effectif truies pour les deux pratiques d'âge au sevrage.
Les statistiques calculées par l'Ifip montrent que la proportion d'élevages sevrant à moins
de 24 jours continue à augmenter. L'âge moyen au sevrage est passé de 26,6 jours à 24,7
jours en dix ans. Le taux d'élevages sevrant à moins de 24 jours se situe à 26 % en 2007,
sachant que cette conduite est évidemment plus fréquente dans les élevages de grande
taille est qu'elle est majoritaire (62 %) dans les élevages de 400 truies et plus.




 

Pièces jointes

Source Réussir Porcs Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires