Europe : L'harmonisation du classement des carcasses n'est pas pour demain

Claudine Gérard

Invité à l'assemblée générale d'Uniporc Ouest le 19 avril dernier, Gérard Daumas, ingénieur à l'Ifip, a dressé l'état des lieux des systèmes de classement des carcasses dans les principaux bassins européens.

Premier constat, les classements des porcs annoncés par chaque pays doivent être corrigés pour être comparés. C'est l'exercice auquel il s'est livré. On retiendra que les classements français et danois des carcasses sont comparables. En revanche, si l'on veut comparer le classement d'une carcasse en France et dans les autres pays il faudra ajouter 2,4 points à la valeur allemande, 2 points à la valeur hollandaise et 4 points à la valeur espagnole.

Plusieurs explications sont avancées pour justifier ces écarts : l'effet « boucher » à la dissection des carcasses qui est à la base des équations, l'évolution des cheptels depuis ces dissections, l'effet opérateur… « Il reste de nombreux aspects à approfondir », prévient Gérard Daumas.

Voilà pour la situation actuelle. Une situation qui ne va probablement pas aller vers une meilleure harmonisation du classement des carcasses, « alors qu'il s'agit globalement des mêmes porcs et que les échanges entre les bassins porcins européens sont une réalité », commentent les observateurs. Gérard Daumas témoigne des orientations des différents pays dans le choix des futurs appareils de classement dans les abattoirs. Les Allemands ont aujourd'hui opté pour la généralisation de l'Autofom, appareil à ultrasons qui a été testé mais pas retenu par Uniporc Ouest et qui permet un classement des carcasses sur la qualité des pièces mais pas sur le taux de muscle.

Aux Pays-Bas, comme en France, c'est le CGM qui a été retenu, mais avec une équation de prédiction du TMP différente de l'équation française. Quant à l'Espagne, les transactions se faisant encore largement en vif, la question du classement relève « du folklore ».

Source Réussir Porcs Mai 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires