Gestion des exploitations : Les critères financiers à la dérive

Dominique Poilvet

Selon une étude réalisée par le CER France Finistère sur un échantillon d'éleveurs finistériens (1), l'endettement moyen s'est dégradé de 12 points en deux ans pour atteindre 77 % sur la période juillet 2008-juin 2009. Dans le même temps, leur trésorerie nette globale est passée de - 0,23 à - 0,38 e par kilo net produit. Derrière ces moyennes se cachent des écarts importants : le quart des éleveurs dont la situation financière est la plus dégradée atteint 100 % de taux d'endettement et - 0,66 €/kg de trésorerie nette globale par kilo. À l'opposé, les 25 % meilleurs sont à 48 % de taux d'endettement et - 0,13 e de trésorerie nette. « Il ne faut pas oublier qu'une situation financière à un instant donné traduit toujours le cumul de plusieurs années », souligne Véronique Kerlidou. « Les plus endettés aujourd'hui étaient déjà fragiles avant la crise », rappelle-t-elle.

 

(1) Étude réalisée par le CER France Finistère sur une base de 280 naisseurs-engraisseurs spécialisés.

Source Réussir Porcs Janvier 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires