L'Etat et la Région Bretagne signent un plan pour l'avenir de la filière porcine

L'Etat et la Région Bretagne signent un plan pour l'avenir de la filière porcine

L'Etat et la Région Bretagne ont signé lundi à Rennes "un plan pour l'avenir de la filière porcine", exsangue dans l'Ouest de la France, la Région s'engageant notamment à mobiliser 30 millions d'euros destinés à la modernisation des élevages en 2016.

Ces 30 millions pourront être versés sous forme de subventions, de prêts ou de garanties permettant aux éleveurs de lever des fonds auprès des banques, selon la Région. Celle-ci, présidée par le socialiste Jean-Yves Le Drian, a annoncé par ailleurs de "nouveaux outils pour faciliter l'installation" d'éleveurs. Elle a ainsi annoncé "un projet de création d'un fonds de prêt d'honneur" doté par elle-même "de 1,5 million d'euros pour aider les jeunes à constituer leur capital de départ". Le plan "pour l'avenir de la filière porcine en Bretagne" a été signé à la préfecture de Région par le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll et le président de la Région Bretagne, Jean-Yves Le Drian, également ministre de la Défense, en présence de responsables syndicaux agricoles, de représentants des industriels ou de la grande distribution notamment.

Soulager

Les domiciles des deux ministres dans l'Ouest ont été visés dimanche soir par des agriculteurs en colère. Depuis plusieurs semaines, les éleveurs multiplient les actions --blocages de routes, de plateformes de la grande distribution, de centres commerciaux--pour réclamer une meilleure rémunération de leurs produits. Le texte rappelle les décisions du gouvernement pour "continuer de soulager les trésoreries des exploitations", dont la baisse de sept points des cotisations sociales des agriculteurs et une année blanche sur les cotisations sociales pour les agriculteurs ayant dégagé des revenus très faibles en 2015.

Cette mesure, souligne le texte, se chiffre à 500 millions d'euros et s'ajoute aux mesures prises dans le cadre du plan de soutien à l'élevage de 700 millions d'euros. L'Etat et la Région appellent aussi la profession à se mobiliser pour mener des "chantiers indispensables" visant à "l'amélioration directe de la rémunération des exploitants", proposant aux professionnels "une feuille de route". Il s'agit notamment d'assurer "une meilleure rémunération sur le marché intérieur et international" et "poursuivre l'amélioration de la compétitivité de chaque maillon de la filière".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires