Le groupe E.Leclerc s'engage à aider la filière porcine

Le groupe E.Leclerc s'engage à aider la filière porcine

Le groupe de grande distribution E.Leclerc a annoncé mardi qu'il allait "donner un gros coup de collier pour booster" la filière porcine française, et répondre "favorablement" aux sollicitations des pouvoirs publics et des éleveurs qui traversent une crise.

"A l'instar du groupement Intermarché qui l'a annoncé hier soir,l'enseigne E.Leclerc va donner un gros coup de collier pour booster la filière porcine française, répondant ainsi favorablement aux sollicitations des éleveurs et des pouvoirs publics", écrit le PDG de l'enseigne Michel-Edouard Leclerc sur son blog. Le Groupement des Mousquetaires (Intermarché) a annoncé lundi soir qu'ilallait augmenter ses prix d'achat "au cadran" (système d'enchères électroniques) "de 5 centimes/kilogramme par semaine". Cette augmentation progressive se poursuivra jusqu'à ce que le prix du porc au cadran atteigne "un niveau proche de 1,40 euro/kg", alors qu'il reste en-dessous de 1,30euro/kilo depuis plusieurs mois. "Les centres E.Leclerc confirment qu'à la demande des pouvoirs publics, ils organiseront leurs opération d'achat et de vente de manière à soutenirle marché français dans la perspective d'atteindre un prix du porc au cadran proche de 1,40 euro le kg", indiquent-ils.  

Continuer d'acheter exclusivement français

Le groupe indique que ses outils industriels, dont l'abattoir de Kermené dans les Côtes d'Armor, "continueront d'acheter exclusivement français (et évidemment breton!). C'est un choix qui continuera d'être complètement assumé, quels que soient les écarts de prix avec les autres marchés européens". "Les abattoirs de Kermené privilégieront leur approvisionnement sur le marché au cadran par rapport aux approvisionnements directs. Ils invitent tous les autres professionnels à procéder de la sorte, de manière à ce que les cours du marché de Plérin soient plus représentatifs des transactions sur le marché du porc", ajoute M. Leclerc. Le groupe indique qu'il s'agit de "mesures urgentes", prises "enattendant des réformes structurelles incontournables", et il souligne que les modalités restent encore à "affiner" et qu'il faut également "obtenir l'aval de la puissance publique sur les questions de droit de laconcurrence". Citant Intermarché et "l'effort" de sa propre enseigne, Michel-Edouard Leclerc estime que "de telles initiatives ne produiront d'effets positifsque si les autres opérateurs s'engagent à leur tour", et il en appelle notamment "aux hard-discounters".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

TITAN 16

enfin une bonne initiative qui arrive bien trop tard pour les éleveurs de porcs qui sont au bord du gouffre!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires