Le président du Marché de Plérin démissionne

Le président du Marché de Plérin démissionne

Après avoir exigé pendant des semaines un prix minimum de 1,40 euro le kilo pour leurs porcs, une puissante fédération d'éleveurs a jeté l'éponge jeudi, semant la division au Marché du porc breton (MPB) de Plérin (Côtes-d'Armor). Son président, Daniel Picart, a annoncé sa démission.

Le président du MPB, Daniel Picart, a annoncé sa démission devant le conseil d'administration (CA) en parlant de "trahison". Il a été remplacé par François Pot, producteur de porc dans le Finistère et président du groupement d'éleveurs porcins Porélia. Dans la foulée, le MPB a aussi suspendu sa cotation prévue jeudi, reportée à une date ultérieure.

Des "bien-pensants ont pensé que me couper la tête ferait revenir Cooperl et Bigard autour de la table. Ces deux entreprises en ont, a priori, fait un préalable à leur retour", a déclaré M. Picart, dans un texte lu devant le CA à la mi-journée. "Je serai très attentif à vos résultats, espérant que la trahison d'une partie d'entre vous à mon égard serve la cause de la filière porcine", a-t-il dit.

L'UGPV renonce à l'objectif de 1,40 euro

La section porcine de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) avait annoncé jeudi matin qu'elle renonçait à l'objectif de prix de 1,40 euro, qui avait pourtant été fixé pour les éleveurs avec le gouvernement en juin.

"Si on n'avait pas pris cette décision, c'était le dernier marché (au MPB) aujourd'hui", s'est justifié le président de l'UGPVB, Michel Bloc'h. "On souhaite que le marché refonctionne normalement. Si on continue dans cette voie, il n'y aura plus de marché, les opérateurs n'y viendront plus", en raison de la déconnexion avec les prix pratiqués dans les autres pays producteurs européens, a-t-il ajouté.

Du côté des syndicats d'éleveurs, même si aucune position officielle n'a encore été affichée, la décision de l'UGPVB était loin de faire l'unanimité jeudi. "On ne peut pas descendre (le prix). La priorité reste le prix avec l'objectif de 1,40. Ça fait trop longtemps que ce sont les paysans qui paient pour tout le monde", a déclaré un responsable syndical. 

Selon des informations circulant au MPB, mais non confirmées par les intéressés, deux autres abattoirs, acheteurs du marché, Abera et Bernard, auraient menacé également de quitter la structure de régulation. Installé en Ille-et-Vilaine, Abera appartient au groupe Avril (ex-Sofiproteol), présidé par Xavier Beulin, président de la FNSEA.

Outre les tensions sur les prix à l'export, les porcs ne peuvent rester trop longtemps dans les élevages dans l'attente d'un hypothétique meilleur prix.  Ils doivent donc partir à l'abattoir sous peine de perdre de la valeur. "Plusieurs dizaines, voire des centaines d'élevages, ont actuellement des cochons en retard" et cette situation est intenable pour les éleveurs, a expliqué un observateur du marché.

Sur le même sujet

Commentaires 5

max: paysan

que bigard foute la merde on peut comprendre, mais une coop faite de paysan!!! si il voulait faire évoluer le marché, ça bouge!!! couper des têtes pourquoi pas, faut-il encore couper les bonnes. pour le moment c'est les paysans qui trinquent. pour réussir il y a d'autre solution que de bouffer le voisin....

szut

la fnsea responsable!!!

HP

n est il pas le moment vous les membres d administration des coopératives agricoles de suivre l exemple de Mr Picard puisque rien ne bouge au niveau des prix

eleveur

et voilà encore une fois de plus c'est les producteurs qui sont la variable d'ajustement.
mr beulin démissionne car si Abera n'est pas capable de soutenir la production alors quel est votre place à la fnsea

pietin 113

Enfin un petit peu de claretée:beulin menace de ne plus acheter de porcs au MPB si leurs prix ne baisse pas...VIVE LA FNSEA!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires