Les abattoirs normands AIM devant la justice le 6 janvier

Les abattoirs normands AIM devant la justice le 6 janvier

Le tribunal de commerce de Coutances (Manche) examinera le 6 janvier la situation des abattoirs normands en difficulté AIM, a indiqué lundi un délégué CFDT de cette entreprise spécialisée dans la viande porcine.

"Un comité central d'entreprise est prévu lundi 5 et une audience devant le tribunal de commerce le mardi 6 à 11h00", a assuré le délégué CFDT Johnny Poisnel, sans pouvoir préciser l'ordre du jour ni du CCE ni de l'audience. Une attachée de presse de la direction a confirmé la tenue le 5 d'un CCE et l'imminence d'une audience devant le tribunal mais elle n'était pas en mesure lundi d'en confirmer la date. Le greffe du tribunal n'a pas souhaité communiquer sur ce sujet lundi. AIM (Abattoirs industriels de la Manche), dont le siège est à Sainte-Cécile, compte 591 salariés au total, une majorité en Basse-Normandie et le reste à Antrain (Ille-et-Vilaine, 179 salariés). "Il s'agit de demander un redressement judiciaire, de se mettre sous la protection du tribunal pour trouver un repreneur industriel ou des investisseurs sur lesquels s'adosser. On en n'est pas du tout au stade de savoir s'il va y avoir une restructuration industrielle", a indiqué Catherine Desgrandchamps, chargée de la communication d'AIM.

Concurrence déloyale de l'Allemagne et de l'Espagne

Le groupe est confronté, selon sa direction, à "une impasse de trésorerie" et n'a versé que 800 euros à ses salariés en guise d'avance sur la prime de fin d'année (13e mois). "C'est inhumain de priver de salaire 600 personnes à la veille de Noël", avait déclaré le syndicaliste le 24 décembre. Avec leur 13e mois, les salariés d'AIM devaient percevoir 3.000 euros net en moyenne en décembre, selon la CFDT.

Le conseil général de la Manche a depuis fait un don de 500 euros chacun aux employés normands dont les salaires sont inférieurs à 2.200 euros par mois, et celui d'Ille-et-Vilaine a fait une avance de ce montant aux employés bretons, selon M. Poisnel. Pour expliquer ses difficultés la direction met notamment en avant une concurrence déloyale de l'Allemagne et de l'Espagne. Mais le président DVD du conseil général de la Manche Jean-François Le Grand a aussi déploré l'absence de changement de stratégie commerciale pourtant exigé lorsque l'Etat et les collectivités ont aidé l'entreprise.

AIM a abattu 81.000 tonnes de bétail en 2013, des porcs à 81%, pour un chiffre d'affaires de 246,7 millions d'euros.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires