Les États-Unis se relèvent de la DEP

Claudine Gérard

Les États-Unis se relèvent de la DEP
Les projets du Bureau national du porc (National Pork Board) : il n'y aurait quasiment plus de nouveaux cas de DEP dans les élevages américains. - © nationalhogfarmer.com

Il n'y aurait quasiment plus de nouveaux cas de DEP dans les élevages des États-Unis depuis plusieurs semaines (1). Selon le ministère américain de l'agriculture, seuls quelques cas ont été recensés, alors qu'on en dénombrait 50 à 60 par semaine jusqu'en janvier 2015. On sait à présent que le virus se propage davantage pendant les périodes froides. Mais l'été 2014 s'était toutefois soldé par une vingtaine de nouveaux cas par semaine. Les observateurs entrevoient donc l'issue de cette épidémie qui aura causé la mortalité de plus de huit millions de porcelets. Et ils en tirent la leçon que le partage rapide de l'information est essentiel pour combattre cette maladie.

Par ailleurs, des recherches conduites par Scott Dee, vétérinaire, et rapportées par le syndicat des producteurs de porcs américains (2), révèle que les matières premières constituant l'alimentation des porcs peuvent « héberger » différemment le virus. « Avec surprise », il a constaté que le plasma n'est pas considéré comme une matière première particulièrement à risque, observant que, dans son étude, le virus ne survit pas plus d'une journée sur ce support.

(1) PigProgress, 12-08-2015

(2) National Hog Farmers, 29-07-2015

Source Réussir Porc

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires