Les manifestations d'agriculteurs se multiplient dans l'Ouest

AFP

Les manifestations d'agriculteurs se multiplient dans l'Ouest
Photo Les premiers tracteurs arrivent devant la préfecture à Rennes. Photo Twitter @AMarlet_Terra

Les manifestations d'agriculteurs entamées mercredi dans les Côtes-d'Armor font boule de neige dans l'Ouest, notamment à Rennes où les éleveurs d'Ille-et-Vilaine sont venus crier leur détresse devant la préfecture vendredi à l'aube.

Dès 6h30, une cinquantaine d'éleveurs de porcs et de producteurs de lait se sont rassemblés à l'appel des Jeunes agriculteurs (JA) et de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) devant la préfecture de région avec une dizaine de tracteurs, selon la préfecture. Une délégation a été reçue par le préfet et les manifestants se sont ensuite rendus en cortège à travers le centre-ville à l'Union régionale des coopératives d'élevages de l'Ouest. Ils se sont engagés à ne pas commettre de dégradations en ville, précise-t-on de même source.

Jeudi soir à Quimper, plusieurs dizaines d'agriculteurs en colère ont multiplié les actions coups de poing en déversant du fumier et en incendiant des pneus, avant d'être délogés par les forces de l'ordre. Dans le même temps, d'autres manifestaient à Laval, tandis que dans la journée les éleveurs sarthois s'étaient également mobilisés.

 

Mercredi, les agriculteurs des Côtes-d'Armor avaient ouvert les hostilités en bloquant entièrement un axe majeur de la Bretagne nord, la RN12 (plus de 60.000 véhicules/jour), à proximité de Saint-Brieuc, d'où ils ont été délogés jeudi matin dans le calme par les forces de l'ordre.

Ils ont encore multiplié les actions jeudi sur cet axe Rennes-Brest, notamment près de Guingamp, où la N12 était toujours fermée à la circulation vendredi matin, le temps de remettre la chaussée en état, mais les agriculteurs costarmoricains ont prévenu qu'ils allaient continuer leurs actions.

Les éleveurs tirent depuis des mois la sonnette d'alarme en raison des cours trop bas, inférieurs aux coûts de production, auxquels le porc, le lait et la viande bovine sont achetés par les industriels de la transformation.

Les syndicats veulent également obtenir l'engagement des distributeurs et des industriels pour que les négociations commerciales annuelles en cours se fassent dans le respect d'un prix équitable reversé au producteur et de la transparence sur la répartition des marges tout au long de la filière.

Publié par AFP

Sur le même sujet

Commentaires 33

a

@bonsens, alors on laisse le lait UHT aux Allemands, les pâtes cuites aux Pays Bas, la poudre de lait aux Néo-Zelandais, on laisse le Beurre à l'Est et la crème aux danois, on ce contente des fromages à haute valeur ajouté et on importe le reste?
Tout cela pour ne pas remettre en cause le "marché" comme construction politique (voter pour moi je ne serai responsable de rien, c'est pas moi c'est l'Europe, c'est la mondialisation). Le "<marché" qui remplace le citoyen, par le consommateur (vous avez les moyens pour le Comté, demandez aux RSA-istes).
le Marché qui n'a rien à voir avec un marché local ou le prix est fixé par le vendeur à lui de gérer son stock et en cas d’escroquerie le client gueulera la semaine suivante (sauf dans les marchés touristiques qui avantagent les vendeurs).
Non le Marché des 5 à 10% exportés de par le monde, mais qui détermine 60% du prix, il n'y a que peu de pays exportateurs qui consomment une grande partie de leurs productions, mais puisque le "Marché" est basé sur l'exportation (10% du lait en Europe, par exemple), une variation de volume 10% (sur les 10% exportés) modifient le prix de 30% (même sur les 90% que ne bougent pas).
Le meilleur exemple est la Nouvelle-Zélande, elle exporte beaucoup (car c'est climat tropical, sans hiver peu peuplé), elle fixe à elle seule presque 30% du cours mondial (auquel est indexé 60% du lait français), mais produit 80% du volume Français, c'est-à-dire que si la France arrête le lait et qu'elle consomme autant, cela peut impacter de 30% le cours mondial à la hausse (en Chine, en Inde, aux states en Afrique) car c'est les volumes échangés (et non produits) qui comptent, cela augmente la demande mondial (celle qui bouge, en Inde en Afrique en Amérique du Sud le lait reste sur place, mais le prix prendra 30%).
Voilà faisons juste du Comté et spéculons sur le moyen terme mondial et on gagnera plus qu'à nourrir des gens.
Merde c'est pas compliqué, le "marché" c'est juste à moyen pour des banques et des fonds pensions que gagner de l'argent avec des ordinateurs qui font des fausses opérations (à l'époque de Smith la pression sociale est tel que le marché locale est obligatoirement régulé, va vendre de la bidoche malades à un type que tu croiseras à l’Église).
la concurrence c'est normalement entre des pays à productivité égale (à l'époque de Ricardo y à peu d'échange c'est plutôt la route de la soie, que l'industrie, privilégier un secteur à haute valeur ajouté est naturel puisque le transport est couteux, aurait-il trouvé malin de dépendre du bon vouloir des autres pour son alimentation?).

bonsens

le comté n'est pas a 20 euros le kg mais 13 . le fromagé gagne 3000 euros par mois et le producteur est payé 500 euros et ceci geré depuis 1963 par des paysans de façon collective

vjjhh

FDSEA/JA, syndicats ne se remettant jamais en question

@palan73

aliment de petite qualité par rapport a quoi , et sur quoi ce sont rués les braves gens sur les produits que tu appels de petite qualité et sur quoi se ruent encore les gens sur des produits moins cher le moins cher possible , ca a valu pour l'industrie ravagé en france car les ouvriers pour avoir un simulacre de niveau de vie superieur ont choisit d'exploiter plus pauvre qu'eux ailleurs , toi meme tu dois faire partie de ces gens qui achetent sans vergogne du hetm made in usine delabré bangladesh ou des iphone made in enfant chinois car oui polluer ailleurs ou exploiter les gesn aillerus c'est moins grave

85% des gens font leur course en gms voila la verité et pour la majeure partie pas du haut de gamme

te voila procureur d' un bien mauvais proces maintenant faisons celui des responsables et le premier le consommateur

@bonsens

merci de cette comparaison amis agriculteurs allez voir comment la filiere champagne fonctionne , ca doit etre compliqué a comprendre mais tout le monde ne peut pas acheter du fromage a 20€/kg ou plus , on peut voir l'agriculture comme une multiplication de niche ca ne dure pas longtemps il y a 10 ans a 5 km d'ici un agri etait le seul a faire des fromages , il prenait les autres pour des benets genre voyez les gars commenton gagne sa vie , aujourd'hui il ne vends plus grand chose car 4 on fait comme lui mais avec des fromages meilleurs et/ou moins cher

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires