« Les marchés des céréales vont rester tendus »

Propos recueillis par Claudine Gérard - Réussir Porcs Septembre 2012

« Les spéculateurs ne créent pas  les mouvements haussiers, ils les amplifient. »
Hélène Morin, directrice des relations internationales, Agritel. © Agence Fargo

Les prévisions de récoltes à venir dans le monde et l’importance de la demande ne laissent pas présager une détente des cours des céréales et protéagineux pour cette année.

La hausse spectaculaire des cours des céréales est-elle réellement due aux conditions climatiques ?

Oui. Les États-Unis ont dû faire face à une sécheresse jamais enregistrée depuis plus de 50 ans. Les prévisions de récolte de maïs ne cessent d’être revues à la baisse. Entre les estimations de l’USDA du mois de juin et nos estimations actuelles, une baisse de 100 millions de tonnes de la production américaine est calculée, soit l’équivalent des volumes de maïs échangés au niveau mondial en une année. Dans les pays de la Mer Noire (Russie, Ukraine), c’est le gel de février qui a d’abord affecté environ 20 % des semis de blé en Ukraine, suivi de la sécheresse de juin, qui expliquent une récolte de blé annoncée entre 13 et 14 millions de tonnes, contre 22 millions en 2011.

Les biocarburants et les spéculateurs ne sont-ils pas aussi responsables de cette tension ?

Il est vrai que la filière des biocarburants absorbe environ 40 % de la production de maïs aux USA. Toutefois, il me paraît improbable d’imaginer une réduction forte à court terme de cet usage du maïs, surtout en période préélectorale. Toute une filière est en place, avec 200 unités de production, toute une organisation et une économie qui gravitent autour. D’autant que les 12 à 20 millions de tonnes ainsi potentiellement remises dans le circuit de l’alimentation sont finalement peu au regard des 100 millions de maïs manquant à la récolte.
Par ailleurs, on ne peut pas nier l’existence d’opérateurs spéculateurs sur les marchés comme celui de Chicago. Mais la spéculation est un amplificateur des mouvements, elle n’est pas à l’origine des tendances des marchés. Si les spéculateurs s’appuient sur des prévisions haussières des marchés pour spéculer, c’est qu’il y a des tensions sur ces marchés, tensions résultant de la confrontation offre et demande. J’ajouterais qu’ils peuvent aussi « participer » à une baisse des cours si la tendance se renverse, sachant que, concernant les marchés des matières premières, on monte souvent en escalier, mais on descend généralement en ascenseur !

Quelles pourraient être les leviers sur l’offre et la demande pour sortir, à plus ou moins long terme, de cette tension ?

Concernant l’offre, la technique peut permettre d’améliorer les rendements de façon importante et relativement rapidement comme, par exemple en Ukraine. Les rendements de blé n’y sont que de 30 q/ha, alors que, compte tenu de la qualité des terres, de meilleurs équipements, une technicité accrue des conseillers… permettraient de doubler ces rendements sans problème. À plus long terme, nous croyons beaucoup dans ce que la recherche en nouvelles technologies et en génétique peuvent apporter. Y compris dans le domaine des OGM qui, en restant dans une éthique acceptable, peuvent permettre précisément de produire mieux dans des conditions climatiques difficiles.

Et concernant la demande ?

Je soulignerais dans un premier temps la nécessité de réduire les gaspillages qui, selon la FAO, seraient d’environ 40 % entre la céréale produite au champ et celle qui est au consommée in fine. Dans nos pays, il s’agit surtout d’un gaspillage « aval », au niveau de la distribution et de la consommation (dates de péremption…). Dans les pays en développement, ce gaspillage est plutôt en amont, en liaison avec le transport, le stockage...
Par ailleurs, l’augmentation des prix touche la rentabilité du secteur de l’élevage et pourrait entraîner la diminution de cheptels, comme cela semble être le cas dans le secteur bovin aux Etats-Unis, et, par répercussion indirecte, la diminution de la demande des consommations carnées.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires