Note de conjoncture - Secteur de la viande porcine : Hausse dans les principaux bassins de production européens

Office de l'Elevage / DEP

La hausse généralisée des cours dans les principaux bassins de production européens est liée à la réduction des offres alors que la demande reste soutenue, en particulier à l'exportation (la demande en jambons et en épaules augmente). Le mouvement enclenché en Allemagne la semaine dernière est relayé par les Pays-Bas (+3 centimes, à 1,03 € le kg), le Danemark (+2 centimes, à 1,11 €) et la Belgique (+1 centime, à 1,265 €). En Allemagne même les cours sont à nouveau en hausse de façon significative (+4 centimes, à 1,41 € le kg), ainsi qu'en Espagne (+5 centimes, à 1,05 €).
Le 21 février, la Commission a décidé de prolonger de 3 mois les aides au stockage privé pour ne pas encombrer le marché européen. Les restitutions à l'exportation sont maintenues à leur niveau actuel, soit 31 € pour 100 kg (les demandes portent déjà sur environ 160 000 tonnes de viande). Les professionnels estiment perdre actuellement en moyenne 35 € par porc abattu. Cette moyenne ne rend évidemment pas compte d'une importante variabilité liée à l'approvisionnement en aliments.

A Plérin, la cotation sur la semaine ne progresse que de 0,6 centime , à 1,098 € le kg. L'offre reste abondante, mais non excessive, les abattages poursuivent leur série impressionnante avec 412 671 porcs d'un poids moyen de 91,77 kg (en baisse de 140 gr) et des prévisions pour 403 500 porcs pour la semaine à venir. La hausse des prix de la semaine dernière n'a pas encore pu être répercutée en aval.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires