Note de conjoncture - Secteur de la viande porcine : Stabilité des prix dans l'UE.

FranceAgriMer

Dans les principaux bassins de production de l'UE, les cours de référence sont reconduits, avec des apports suffisants malgré les jours fériés sans abattage. La demande reste active sur les marchés intérieurs, les exportations reprennent (elles enregistrent pour l'instant un recul de 20 à 25 % depuis le début de l'année par rapport à la même période de 2008, conséquence des dévaluations dans certains pays importateurs, du manque de compétitivité des viandes communautaires face à la concurrence du Brésil et des Etats-Unis, à quoi s'ajoute les difficultés rencontrées par les industriels en matière de couverture des risques de non paiement). La baisse de production dans l'UE serait moins importante que prévue en raison de l'augmentation de la productivité dans les ateliers.

Le cours allemand est à 1,42 € le kg, le cours néerlandais, à 1,09 € et le prix espagnol, à 1,127 €. Seule la référence danoise enregistre une hausse de 3 centimes, à 1,18 € le kg en raison du net repli de la production, des bons flux commerciaux avec la Russie, de la fermeté du marché britannique, mais aussi grâce à la compétitivité du prix danois.

On peut considérer que le secteur connaît une pause technique en cette période de vacances qui ne correspond pas à un marché normal. A Plérin, la cotation est pratiquement stable (-0,1 %), à 1,20 € le kg. Les volumes d'abattage en semaine 15 sont cependant plus que corrects : 383 531 porcs d'un poids moyen de 91,92 kg (-30 gr). Le commerce de la viande fraîche est bon car dans de nombreuses régions la période de Pâques a connu une météo favorable. En plus de la stagnation des prix payés aux producteurs, le secteur connaît des difficultés en aval avec la non valorisation satisfaisante de certaines pièces, en particulier les jambons.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires