Porc: le numéro un français décide de s'affranchir du cours de Plérin

Porc: le numéro un français décide de s'affranchir du cours de Plérin

Un an après la crise de l'été 2015, la Cooperl Arc Atlantique, numéro un du porc en France, a décidé de s'affranchir du cours fixé par le Marché du porc breton (MPB), qui fixe le prix de référence au plan national, qu'elle juge trop élevé.

Cette décision, révélée mercredi par le quotidien Ouest-France, a été prise vendredi par le conseil d'administration de la Cooperl.  Le prix versé aux 2.700 producteurs de la coopérative porcine sera donc désormais inférieur à celui fixé par le marché de Plérin (Côtes-d'Armor).   Lors de la dernière cotation lundi au marché du porc breton, le prix s'était établi à 1,437 euro le kilo, en hausse de 1,5 centime par rapport à la dernière cotation, un prix qu'il n'avait pas atteint depuis l'été 2014.

Il était repassé fin juin au-dessus de la barre symbolique de 1,40 euro le kilo. Face à la catastrophe économique subie par les éleveurs l'an dernier en raison de cours particulièrement bas, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, avait tenté d'imposer ce prix minimum de 1,40 euro/kg. Mais il n'avait été maintenu que quelques semaines, entre les mois de juillet et août, face à la pression des abattoirs acheteurs, soumis à la concurrence européenne sur les marchés export. La Cooperl et Bigard/Socopa, deux des principaux acheteurs au MPB, s'étaient alors retirés du marché au cadran.  

Stabilisation

La situation est totalement différente un an plus tard. Le cours du MPB est cette fois en phase avec les tendances européennes, un marché dopé à l'exportation par une forte demande chinoise. Contactée par téléphone, la coopérative porcine a justifié sa décision par "l'anticipation d'une stabilisation du marché". La Cooperl met en avant la météo mauvaise qui a entraîné une moindre consommation des produits d'été (brochettes, côtelettes). Elle redoute par ailleurs les effets du Brexit avec la chute de la livre sterling, et anticipe une pause des commandes chinoises, jusqu'ici très élevées. A cela s'ajoutent les effets de la "distorsion de concurrence avec l'Allemagne et l'Espagne", a indiqué la coopérative.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

Guit40

Vive les coopératives !!!!! Leur gestion par des pseudo paysans est une catastrophe. Si elles avaient les mêmes charges que les privés elles n'existeraient plus depuis longtemps et nos dirigeants syndicalistes feraient du syndicalisme comme Martinez ou Bové à l'epoque

Guytout

Mais qui commande a la coopèrl le conseil d administration est incompétent et inexistant de qui se moque t on dire aujourd hui que le prix du porc est trop élevé c est oublié ce que vivent les éleveurs comment peut on motiver des jeunes avec ce genre de comportements irresponsables

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires